le pouvoir des pierres

tout sur la lithothérapie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un peu de spiritualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
quartz-rose

avatar

Nombre de messages : 1803
Localisation : Au calme
Date d'inscription : 19/04/2011

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Jeu 29 Nov 2012 - 10:11

Alors là, MERCI Esprit !!!

Passionnant, tout simplement PASSIONNANT!

Je me régale et fais passer !!! Smile Smile Smile

flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Mer 5 Déc 2012 - 16:21

quartz-rose a écrit:

Alors là, MERCI Esprit !!!

Passionnant, tout simplement PASSIONNANT!

Je me régale et fais passer !!! Smile Smile Smile

Tant mieux... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Jeu 6 Déc 2012 - 23:28


La vérité sur les phénomènes qui vont se produire le 21 decembre 2012


Les friands disent :




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
quartz-rose

avatar

Nombre de messages : 1803
Localisation : Au calme
Date d'inscription : 19/04/2011

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 7 Déc 2012 - 12:01

Je suis en train de regarder la vidéo, et ne peux m'empêcher de faire une constatation :

lorsqu'on relie ces propos avec la science de l'intention, on prend conscience des propos, des peurs, et dans très peu de temps, les conséquences...

Dans quelle mesure les prédictions sont une vision de l'avenir, et dans quelle mesure influence t'on aujourd'hui le cours des choses?

Ca fait presque penser à : c'est la poule qui fait l'oeuf, ou l'oeuf qui fait la poule !

flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quartz-rose

avatar

Nombre de messages : 1803
Localisation : Au calme
Date d'inscription : 19/04/2011

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 7 Déc 2012 - 12:20

J'ajoute qu'il est dit dans le documentaire que le calendrier Maya se termine le 21 décembre 2012, chose que Gregg Braden, dans son livre sur les fractales, nie.

J'aime sa démarche, car ses explications , appuyées sur de nombreux documents qu'il référence, a une démarche hautement scientifique et non dans le sensationnel.

Pour ma part, il est clair que ces changements sont en cours et qu'il peut probablement se passer certaines choses (comme des troubles électromagnétiques, coupures électriques, des choses comme ça, avec des troubles physiologiques pour un grand nombre d'entre nous) mais pas la fin du monde,
par contre, fin d'un monde, il est en cours...

Et après ça se reconstruit...

Je n'ose imaginer le nombre de gens paniqués, ceux qui se "préparent " au pire, dans des bunkers, et selon moi, d'autres "délires",
car ils sont sous l'emprise de la peur, et d'elle seule...

Moi je suis ravie que les choses changent, car le coeur doit être au centre de nos relations, de nos vies, de nos choix, de nos épreuves et de nos joies.

Bouddha dit qu'on fait son monde avec ses propres pensées...
No comment ...

Voici mon propre ressenti !

flower flower flower


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justine34

avatar

Nombre de messages : 1487
Age : 83
Localisation : au soleil du Sud Est
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 7 Déc 2012 - 13:41

je suis totalement de ton avis Quartz Rose, j'ajoute que plus il y a de personnes qui ont peur, plus l'egregore se renforce et plus des catastrophes risquent d'arriver.
Des changements sont en cours depuis déjà pas mal de temps, tant au niveau Universerl qu'au niveau humain, ces bouleversements, ces catastrophes sont de plus en plus rapporchées, Esprit le sait car nous regardons les mêmes sites, ce que les médias se gardent bien d'annoncer de peur d'affoler les populations , soit dit en passant ! il ne se passe pas de jour sans qu'une ou plusieurs catastrophes ne se produisent ici ou là sur la Planète...

Je n'ai pu visualiser, et ce avec beaucoup de regret, la vidéo, car ici, à la médiathèque mon temps devant un écran est limité.

je pense que c'est à chacun d'entre nous de travailler à un changement intérieur, et que plus on sera à avancer, moins les bouleversements annoncés auront de conséquences, mais encore faut-il que chacun se sente concerné ! je me suis livrée à une petite enquête auprès des personnes que je connais, et mine de rien, dans la petite ville où je me trouve actuellement, j'ai constaté avec beaucoup de tristesse que les gens ne se sentent absolument pas concernés par quoi que ce soit, et même rient franchement quand on leur parle de la fin de ce mois ... quant à travailler sur eux... ce n'est même pas la peine d'effleurer le sujet, que ces personnes soient jeunes ou âgées !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 7 Déc 2012 - 15:41

Me concernant, je suis tout sauf celui qui va jouer les oiseaux de mauvais augure. sunny
Ma démarche est complètement à l'opposé, cela ne m'empêche pas d'étudier les croyances et les agissements des gens de plus près pour mieux agir et inciter les autres de faire de même. Car de l'énergie positive, (pour contrecarrer cette tendance négative), il en faut actuellement...

Discuter de ce genre de croyances à la légère, c'est lui insuffler assez d'énergie pour qu'au final finit toujours par se concrétiser, donc attention !
Si je me suis permis de publier cette vidéo, c'est plutôt pour dénoncer cette croyance basée sur la peur. Oui, je suis d'accord avec toi Quartz-Rose et avec Gregg Braden, sur le fait que le 21 décembre sera fort probablement : la fin d'UN monde et non pas la fin DU monde !
C'est comme chaque année d'ailleurs, le calendrier en cours s'achève, pour laisser place au nouveau. Maintenant c'est à nous de faire de sorte que nos croyances et agissements aillent positivement dans le bon sens.

Quant aux gens qui ne se sentent pas concernés outre mesure, hélas c'est normal.
Par essence l'être humain est égoïste ! La plupart du temps, il agit uniquement quand il se sent directement concerné, ce qui est fort regrettable et souvent trop tard.
Mais heureusement ce n'est pas le seul schéma applicable, on est de plus en plus nombreux à être des personnes déjà éveillées. Je le vois particulièrement chez les jeunes entre 17 à 35 ans. Lorsqu'on l'est soi-même éveillé, on le remarque aisément chez ceux qui le sont comme nous. Automatiquement on est attiré les uns aux autres, sans aucun effort, nous devenons plus visibles et plus évidents l'un pour l'autre.
Mon dernier exemple de belle rencontre, est ce jeune couple d'amis chez qui j'ai effectué récemment mon jeûne thérapeutique. Ils sont boulimiques de savoir, mais pas n'importe lequel. Ils sentent le besoin imminent d'agir pour leur bien-être, mais aussi pour celui de la planète et toute l'humanité ! Ils sont de plus en plus nombreux, souvent ils agissent effacement dans l'ombre. Leur but est de construire des projets pour préserver la nature et vivre en harmonie avec elle. Pour l'instant ils consacrent leur vie que pour ça, en délaissant leur carrière après tant d'années de spécialisations... Car l'éveil c'est cela aussi, c'est de refuser l'illusion et faire tout pour changer les choses dans la bonne direction, sans être fataliste pour autant. Mais plutôt utiliser son pouvoir inné de création que chacun de nous possède, tel que la loi de l'attraction et la visualisation...

Enfin pour conclure, si cette vidéo je l'est publié, ce certainement pas pour cautionner la peur ou les prophéties qui peuvent être toujours interpréter de deux façons, positive ou négative. Mais plutôt pour inciter les gens naïfs au réveil et à l'éveil de leur conscience qui reste encore endormie. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 7 Déc 2012 - 17:57

Pour en finir avec le 21 décembre 2012…





Par le Passeur

Une date approche qui visiblement focalise beaucoup de monde sur des sentiments bien différents. Je ne pensais pas écrire à ce sujet mais je sens qu’il y a peut-être un sens à le faire. Précisons donc une fois de plus bien les choses pour ceux qui cèdent à la crainte : il n’y aura pas de fin du monde le 21 décembre 2012 ! Et jamais à aucun moment les mayas, anciens ou contemporains, n’ont dit cela. Ils ont en revanche annoncé un changement de cycle, l’aube d’une nouvelle ère qui marque la fin du long cycle obscur que nous venons de traverser. Bref, que de quoi se réjouir et sûrement pas s’angoisser. Seule la presse ignorante du sujet, colporte cette rumeur avec la complicité des catastrophistes en tout genre.

Si vous ne pouvez faire autrement que de nourrir des angoisses à force de désinformation médiatique sur le sujet, alors je vous invite à faire un geste salutaire pour vous : jetez votre télé et arrêtez de lire tout support colportant ces rumeurs anxiogènes. Je ne vais pas m’étendre sur les raisons pour lesquelles les médias s’acharnent sur le sujet. Incompétence pour beaucoup qui se disent « journalistes » et qui ne font même pas le travail de base consistant à vérifier et recouper la source d’une information, volonté de désinformer pour d’autres dont les motivations vont du simple commerce jusqu’à des intérêts plus obscurs allant de la résonance de leurs propres peurs jusqu’à la servitude à des intérêts plus « initiés ». Bref, les raisons de ce capharnaüm médiatique n’ont aucun intérêt pour ce qui nous occupe. D’autant que la confusion alimentée par le business délirant du channeling (surtout en Amérique) et les faux prophètes de tous poils, confusion qui ira crescendo dans les mois à venir, rendra plus opaque encore la clarté originelle du message que cette époque nous livre : nous sommes à nouveau dans les conditions de reprendre notre liberté et redécouvrir notre maîtrise au sein de l’harmonie.

Ce qui importe donc en cette fin d’année 2012, mais aussi tout au long de l’année 2013 qui promet de grandes transformations, est de ne pas se laisser embarquer mentalement et émotionnellement par le grand cirque orchestré autour du 21.12.12, qui trouvera sûrement d’autres inépuisables rebonds par la suite.

Sans être pour autant de grands visionnaires, car ce n’était pas très difficile à imaginer, nous sommes nombreux à avoir annoncé pour cette période une grande confusion au sein du collectif humain. Il y a donc la part orchestrée par les marionnettistes, que nous venons d’aborder superficiellement parce qu’elle ne présente pas d’intérêt à ce stade d’être approfondie, il y a ce qui relève de notre épuration intérieure individuelle et il y a bien sûr la grande alchimie mécanique des influences majeures du Cosmos à ce rendez-vous de la grande horloge. Celles-là nous dépassent et tout au plus pouvons-nous humblement en percevoir parfois les reflets, que nous sommes à même alors d’entrevoir avec stupéfaction et admiration devant une telle perfection.

Avec humilité donc, restons-en encore à ce sur quoi nous pouvons focaliser notre attention avec efficacité, à savoir nous-mêmes et notre fonctionnement dans le collectif humain.

Ces dernières semaines ont marqué un tournant dans notre évolution et nous sommes en mesure désormais d’aller toucher au plus profond de nous-même ce que nous ne pouvions encore aborder jusque-là, ce qui relève de l’empreinte de prédation qui marque l’humanité sur sa polarité masculin-féminin. Hommes et femmes, féminin en l’homme et masculin en la femme, sont très profondément marqués par ce rapport de prédation qui a été institutionnalisé au fil de notre histoire sous tous les aspects de l’apprentissage et dans les rouages les plus subtils du fonctionnement de la matrice de vie qui était jusqu’à présent la nôtre. Le tournant est marqué par la libération des chaînes énergétiques qui maintenaient notre adhésion inconsciente à cette empreinte. Je l’ai dit récemment, la porte est ouverte mais nous n’en avons pas encore pleinement pris conscience.

Cette prédation, aujourd’hui identifiée au sein du patriarcat par l’écrasement du féminin et le contrôle absolu du masculin, est un poison dont l’antidote désormais envisageable passe par la prise de conscience que cette prédation s’est d’abord exercée au travers de la puissante énergie sexuelle dont le sens a été à la fois falsifié et masqué, puis par la libération de la tension sexuelle prédatrice littéralement verrouillée au niveau des deux premiers chakras. Cette libération, comme toujours, ne se fait pas par la lutte. Je dirai même qu’il n’y a pas de chemin tout tracé, c’est pourquoi la prise de conscience dans un premier temps et la méditation personnelle que chacun peut faire sur ce sujet ensuite, amorceront le processus individuel qui conduira le corps physique à déverrouiller de lui-même cette tension.

Ne sous-estimez pas cet aspect de notre épuration intérieure, la tension dont je parle marque une empreinte profonde et douloureuse à des niveaux de conscience rarement perçus de la relation entre le féminin et le masculin. C’est un véritable ciment de la matrice duelle que nous avons projetée jusque-là. Comme je l’ai dit, l’énergie qui maintenait la bulle fermée n’est plus suffisante à soutenir le monde falsifié et illusoire de nos projections. Ne continuons pas à créer par simple habitude ce monde dont nous ne voulons plus. Il n’y a plus d’autre raison qu’il se maintienne que notre croyance en le fait que rien n’a changé et que nous devons ‘raisonnablement’ poursuivre nos projections égotiques sur le miroir courbe de la matrice que nous recréons en permanence.

Vous l’avez tous constaté, la part de souffrance qui relève uniquement de nos égos blessés et qui n’a pas encore été guérie ressurgit avec force depuis quelques semaines. C’est ainsi que l’on voit, parfois avec étonnement, s’exprimer la négativité enfouie qui ne peut plus résister à la vibration ambiante. Et que l’on voit des êtres jusque-là mesurés devenir vindicatifs, des nations agiter plus que jamais les différents visages de leurs peurs et de leur agressivité, et la Terre réagir à travers une activité climatique, volcanique et sismique en hausse tant en nombre qu’en amplitude. L’observation de l’activité solaire est une proche balise pour suivre l’évolution de ces manifestations. N’oublions pas que son pic se fera ressentir essentiellement en 2013.

Nous abordons donc à ce tournant majeur une période de transformation par définition chaotique, dont la nature du regard que nous y porterons déterminera la manière dont nous la vivrons.

Et si nous devons produire un effort, je dirais que cette phase présente nécessite de chacun de nous une grande vigilance dans notre relation à l’autre.

Nous devons veiller de très près à ce qui se manifeste au quotidien en nous et pratiquer l’exercice de funambule qui consiste à savoir accueillir ce qui monte sans en faire profiter autrui qui à priori n’a pas besoin de ça. Accueillir le négatif qui monte en nous, c’est pratiquer le regard détaché de l’Être sur l’Ego, l’œil sur le cerf-volant qui observe la main qui s’agite au bout de la ficelle. Accueillir, c’est regarder avec compassion pour nous-même ce qui nous fait encore mal et qui cherche à extérioriser son énergie involutive. Ne pas en faire profiter autrui dans l’habituel rapport de l’action-réaction, c’est parler à chaque fois à notre égo douloureux avec amour, humour et fermeté dans l’intention de notre maîtrise, afin de ne pas laisser jaillir la flèche de l’arc de nos douleurs enfouies. Faites bien la différence entre contrôle et maîtrise. Le premier est une lutte de pouvoir, le second est une transcendance.

Si cette vigilance s’exerce à toute occasion, l’effort est alors minime de conserver sa maîtrise au sein du maelström émotionnel. Si au contraire on laisse s’amplifier celui-ci au point d’exploser, non seulement on nourrit l’éternel conflit avec l’autre né du sentiment de séparation, mais on entre en conflit avec soi-même – la part de nous qui sait tout cela – à un niveau de résistance tel qu’il épuise toutes les ressources de l’être. C’est ce conflit intérieur qui conduit tant de personnes aujourd’hui au sentiment d’épuisement.

Réfléchissez-y, la dualité de plus en plus mal vécue lorsqu’elle nous revient dans la face n’est pas la seule responsabilité de celui qui l’exerce, mais aussi notre propre insuffisance à demeurer au-delà des émotions déstabilisantes qu’elle fait naître en nous. Pas de quoi culpabiliser, je pense que c’est pour le moment encore presque inévitable. Donc inutile d’esquiver, laissons venir, respirons un grand coup et essayons d’avoir un regard amusé sur les étapes qui signent en nous la destruction de la chrysalide. Amusons-nous de nous même et de nos soubresauts émotionnels plutôt que d’embrayer par la force de l’habitude sur les mélodrames qui ont jonché jusque-là nos parcours.

J’en reviens donc à la grand-messe mélodramatique inventée à propos du 21 décembre 2012. A vrai dire, je n’ai aucune idée de ce qui se passera ce jour-là, tout étant à mon avis possible maintenant qu’une telle focalisation a été créée autour d’elle, mais quoi qu’il en soit ce ne seront toujours qu’agitations sur la vieille scène de théâtre, l’essentiel se déroulant à d’autres niveaux. Du point de vue de l’horloge cosmique, cette date, comme d’autres, a un sens. Mais en tant que date d’un calendrier humain éphémère, elle ne marque rien d’autre que le point d’ouverture de la charnière qui a commencé à se déplier il y a de nombreuses années. La porte étant ouverte, il s’y engouffre désormais davantage d’air frais et de lumière et il en sort davantage d’air vicié et d’obscurité.

L’obscurité ne peut se réfugier nulle part, elle s’affaiblit et s’évanouit purement et simplement. Il ne reste donc à ceux qui en ont encore l’appétit qu’à aller se chercher un autre lieu de pénombre. Les autres, une grande partie, demeureront passagèrement aveuglés par tant de clarté et ennivrés de tant d’air pur. Leurs yeux leur feront un peu mal et leurs poumons leur brûleront, mais ce ne sera que temporaire, le temps de leur propre guérison, qui dans un tel contexte ira bien plus vite que par le passé. Ceux qui ont entamé le chemin avant eux poursuivront sans inconfort et seront en mesure d’aider les premiers. D’autres enfin en finiront avec cette épopée, impatients de retourner à d’autres cieux. Tout ceci ne se fera pas le 21 décembre, mais s’étalera après un palier brusque sur une période de quelques années où la conscience va fleurir comme jamais elle n’a pu depuis bien longtemps. J’ai toujours pensé et dit qu’il y aura un passage bref et assez soudain vers un autre niveau de conscience et je le pense toujours. Mais au-delà de ce passage, et avec des destins bien différents, l’apprentissage pour beaucoup du niveau de conscience qui s’ouvrira alors, se fera à un rythme proportionné à leur capacité et à ce que sera alors la fréquence vibratoire qui marquera la nouvelle ère.

Pour le moment, il semble qu’un nombre croissant d’êtres  ressentent à la fois des peurs, des souffrances dans leur corps et des tourments dans leurs pensées.  Je ne peux qu’inviter chacun de ceux-là à ressentir en profondeur ce qui se passe en eux, à en accepter les éventuels désagréments sachant qu’ils seront éphémères, à ne pas s’angoisser devant les symptômes de cet inconfort, ainsi qu’à envisager l’idée selon laquelle le point commun à tous les ennuis qui pourraient surgir dans sa vie, c’est finalement soi et personne d’autre et qu’il serait donc juste en ce cas de reconsidérer son comportement et de corriger la trajectoire sans culpabilité. Il n’est jamais trop tard pour mieux faire et toujours faux de considérer alors qu’on a raté ce qui précédait. Ceci fait encore partie des jeux de l’égo qui a toujours un bouton sur lequel appuyer. Le moment viendra bientôt où il ira dans le même sens que vous, rallié à une plus haute vision de son rôle dans un contexte devenu harmonieux.

Un peu de patience et beaucoup de vigilance sont requis dans ces derniers centimètres où nous nous dénudons des derniers artifices de la peur. Très bientôt nous aurons sûrement à parler d’autre chose et nous pourrons nous consacrer presque exclusivement à la (re)découverte du nouveau plus qu’à la nécessité d’explorer l’ancien pour en débusquer les verrous. Tournons-nous vers ce qui renaît, apprenons dès à présent à tout envisager d’une autre manière, à réinventer le possible selon notre aspiration et non selon ce que nous avons cru jusque-là le cercle de nos possibles. L’anneau est ouvert, brisons les carcans de notre adhésion à la matrice en laquelle nous nous sommes tous si longtemps heurtés, elle n’existe que dans notre volonté de la maintenir comme nous l’avons toujours crue immuable.

Vous qui lisez ces lignes êtes déjà en mesure de voir la porte ouverte et de sentir l’air frais du large, ouvrez le chemin, ne cédez pas aux peurs provoquées qui vous maintiennent dans l’ancien, imaginez l’aujourd’hui et le demain en tout ce qui vous rend léger et heureux de vivre. C’est votre trésor, vivez-le !  Ne vous occupez pas de ce qui remue la boue, tracez la route et creusez votre sillage, il en attirera beaucoup qui n’ont pas encore la force de hisser leurs voiles mais qui la trouveront en votre exemple.

Fraternellement,

© Le Passeur – 7 Décembre 2012 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.


Dernière édition par Esprit le Jeu 13 Déc 2012 - 23:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Jeu 13 Déc 2012 - 12:19


La plus grande peur de l'homme



"Vous êtes vous posé la question : de quoi l’être humain a-t-il le plus peur ? Nous allons vous donner la réponse.

La plus grande peur de l’homme est de découvrir qui il est et ce qu’il est, et de ne pas pouvoir faire face à cette réalité !

Alors, dans son cheminement d’homme, il s’illusionne, il refuse ; d’une certaine manière il refuse la Lumière ! Il a peur d’être ébloui, il a peur de ne plus se reconnaître, il a peur que ceux qui l’aiment ne le reconnaissent plus !

Nous vous disons : n’ayez aucune crainte ! La Lumière est tellement douce au regard ! N’ayez aucune crainte de découvrir ce que vous êtes, car le jour où vous le découvrirez réellemen, ce sera le grand jour !

Cependant chacun de vous et tous les humains, en fonction de leur niveau de conscience, se préparent à percevoir la Lumière. Certains l’appellent de toutes leurs forces, et nous leur dirons : l’appeler c’est très bien, mais êtes-vous prêts à l’accueillir ? Etes-vous prêts à lâcher l’ancien pour intégrer le nouveau ? Etes-vous prêts à vous transformer totalement ?

Lorsque vous intégrerez cette nouvelle partie de vous-même qu’est votre vraie réalité, tout ce qui a été important dans votre vie dans la densité n’aura plus aucune importance ! Vous ne retrouverez pas les plaisirs que vous avez connus, qu’ils soient affectifs, relationnels ou physiques - parce qu’ils existent aussi pour les humains – ou tout simplement le plaisir de vous faire plaisir. A ce moment là, il ne faudra rien regretter, car lorsque l’homme découvrira réellement qui il est, il ne sera plus dans l’illusion des plaisirs, il sera dans la réalité de ce qu’il est.

Soyez certains que les nouvelles sensations que vous ressentirez en vous découvrant vous-mêmes n’auront aucune commune mesure avec les plaisirs de votre troisième dimension.

L’homme a tellement peur de lui-même ! C’est pour cette raison qu’il se fuit en permanence ! Il joue au yo-yo avec lui-même, il veut découvrir qui il est, mais dès qu’une porte s’entrouvre et qu’il perçoit la Lumière il la referme bien vite, car il ne sait pas réellement ce qui se trouve dans cette Lumière et où cette Lumière va le mener.

Alors, Enfant de la Terre, ayez le courage de pousser votre propre porte ! Chassez toute peur quant à votre devenir, quant à votre transformation profonde ! Allez avec confiance, courage et Amour vers votre devenir ! Soyez certain que vous allez lâcher une partie de vous-même se trouvant souvent dans l’illusion, pour acquérir une partie beaucoup plus noble de vous-même, beaucoup plus dans la réalité de ce que vous êtes !

Cependant, que vous le vouliez ou non, vous allez vers cette destinée ! Vous allez à la rencontre de vous-même ! Le petit homme que vous êtes s’unira à l’homme que vous allez devenir, cet Homme Lumière, ce premier corps de Lumière qui s’appelle « âme ». C’est inéluctable !

Alors pourquoi faire un pas ou deux en avant et un pas en arrière ? Soyez courageux ! Prenez votre place ! Acceptez, n’ayez pas peur de vous-même car en ayant peur de vous-même vous avez peur des autres ! La peur engendre la peur, la peur engendre la violence, la peur engendre les guerres.

Bannissez définitivement toute peur et commencez par bannir cette peur de vous-même qui vous freine, qui vous empêche de pousser votre propre porte et de vous immerger dans la Lumière.


Pendant tout le parcours que nous avons fait avec vous, pendant toutes les années où nous vous avons accompagnés, nous vous avons dit que votre devenir en tant qu’être humain est simplement de vous voir différemment, de vous voir avec les yeux de l’âme et de ne plus vous voir en permanence avec les yeux tellement aveugles de votre humanité.

Bien sûr, si vous arrivez à vous percevoir avec les yeux de l’âme, vous ne voyez pas les mêmes choses de vous-même qu’avec vos yeux humains ! Comme nous vous l’avons dit maintes fois, il vous a été donné des outils très utiles pour pouvoir fonctionner correctement dans la densité. Lorsque vous n’aurez plus besoin de ces outils vous en trouverez d’autres qui sommeillent au plus profond de vous-même et qui se révèleront lorsque vous serez prêt à les utiliser ! Soyez certain que les nouveaux outils qui vous seront offerts seront cent fois plus importants que les outils qui sont les vôtres dans la densité !

Vous ne pourrez jamais investiguer d’autres plans avec les outils humains ! C’est pour cette raison que nous vous demandons de vous relier à votre âme, car elle vous donnera les outils nécessaires pour pouvoir vivre dans le nouveau monde qui vous est promis, le nouveau monde que vous vous êtes programmé, car vous avez programmé votre venue en cette fin de cycle avec tout ce qu’elle comporte, c'est-à-dire non seulement l’accès à des parties très importantes de vous-même mais aussi l’accès à une autre dimension de vie.

Pendant des milliers d’années, vous avez fonctionné humainement. Cependant beaucoup d’entre vous ont eu des aspirations spirituelles, des sollicitations de leur âme. Consciemment ou inconsciemment, ils ont parfois obéi et se sont trouvés responsables, animateurs ou religieux de groupes spirituels. Ceux qui ont eu ce parcours ont écouté leur âme, mais avant de pouvoir le faire il a fallu qu’ils aient énormément d’incarnations sur ce monde ou ailleurs ! Il a fallu qu’ils puissent expérimenter sur plusieurs plans !

Nous vous avons souvent demandé ceci : qui êtes-vous ? Ce n’est pas nous qui vous donnerons la réponse, c’est vous-même ! A partir du moment où vous accepterez votre puissance intérieure, à partir du moment où vous accepterez de vous fondre dans votre première réalité de Lumière, vous comprendrez qui vous êtes ! Vous n’aurez plus besoin de poser des questions par rapport à votre réalité ! Votre âme vous donnera accès à ses trésors enfouis, à toutes les expériences que vous avez faites en commun, car votre âme c’est vous, ne l’oubliez pas !

Votre âme vous parle ! Elle ne vous parle pas comme nous parlons au travers de notre canal, elle ne formule pas des mots que vous pouvez entendre avec vos oreilles, mais elle vous parle de l’intérieur ! Vous pouvez comprendre lorsque c’est votre âme qui s’exprime. Lorsque vous êtes capable de dire de très belles choses à quelqu’un qui est dans la peine, lorsque vous êtes capable d’émettre des mots d’Amour et de Sagesse, c’est votre âme qui vous parle ! Lorsque vous êtes capable d’aimer inconditionnellement, c’est votre Partie Divine qui s’exprime !

Soyez plus attentif ! Lorsque vous vous sentez infiniment bien dans les rapports que vous avez avec l’autre, lorsque vous sentez que les mots s’écoulent librement et que ces mots font du bien à ceux qui vous écoutent, c’est votre âme qui parle ! A ce moment là, votre petite humanité se blottit, se fond dans votre âme qui envahit totalement ce que vous êtes au niveau humain ; pendant quelques secondes votre humanité n’existe plus, elle est unie à ce qu’il y a de plus beau en vous !

Plus vous serez à l’écoute de vous-même, plus vous découvrirez tout cela ! N’en n’ayez aucune crainte ! Comment éprouver de la crainte pour cette transformation extraordinaire que vous vous apprêtez à vivre ? Comment éprouver de la crainte par rapport à la nouvelle Lumière qui va éclairer votre vie ? Comment éprouver de la crainte pour cet immense Amour qui vous submergera ?

Préparez-vous ! Préparez vous pour ce devenir qui vous appartient ! Vous êtes venu en cette fin de cycle pour vous approprier ce que vous êtes réellement !

Enfants de la Terre, la plus grande tristesse de votre vie est l’oubli, l’oubli de ce que vous êtes, l’oubli de ce que vous avez été, l’oubli de votre âme, l’oubli de toutes les expériences extraordinaires que vous avez vécues en commun.

La plus grande tristesse pour l’être humains qui vient sur ce monde, c’est de ne plus se souvenir de qui il est ! Bientôt, lorsque le moment sera définitivement venu, les voiles se soulèveront. Encore une fois nous vous disons : serez-vous prêts ? Serez-vous prêts à intégrer cette Lumière ?

Alors préparez vous ! Essayez déjà de percevoir chez l’autre et chez ceux qui vous entourent toutes les qualités de leur âme ! Elles sont là même s’ils ne les manifestent pas ! Elles attendent, et un jour elles s’épanouiront et vous les ressentirez ! Essayez de voir tout ce qu’il y a de plus beau chez l’autre, ignorez tout ce qui n’est pas encore parfait en lui, car ce qui ne l’est pas aujourd’hui le deviendra demain !

Pourquoi ne voir que l’imperfection puisque demain elle deviendra perfection ? Les rapports entre les humains seraient tellement différents si, au lieu de vous appesantir sur les petits manquements ou les petits défauts de l’autre, vous n’étiez centrés que sur ce qu’il y a de plus beau en lui ! Combien vous seriez heureux ! Cela arrivera !

Même si vous donnez le plus beau de vous-mêmes, et même si l’autre ne le ressent pas, n’en soyez pas affligés ! Offrez toujours ce qu’il y a de plus beau en vous ! Si celui à qui vous offrez cette amitié ou cet Amour ne le reçoit pas aujourd’hui, il le ressentira peut-être demain ! Peut-être qu’en lui offrant cette amitié ou cet Amour vous faciliterez son éveil et que le voile qui est sur sa conscience se soulèvera !

Alors ne regrettez pas de trop aimer, ne regrettez pas l’amitié qui vous lie les uns aux autres !Sachez simplement que la perfection ne se trouve pas dans la densité ! Elle est en vous, elle est dans vos corps de Lumière qui sont également vous !

Voilà ce que nous désirions vous dire car nous pensons que c’est très important".

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu'il ne soit pas coupé
qu'il n'y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence à notre site http://ducielalaterre.org
que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu, 07/12/2012
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 14 Déc 2012 - 0:04

Pour ceux qui poursuivent leur quête spirituelle comme moi, ce genre de documentaire me parait utile à voir. Voici un aperçu du documentaire par ARTE. study


LE MYSTÈRE DE LA MATIÈRE NOIRE

Dans nos modèles physiques, le poids de toute la matière observable (étoiles, galaxies...) ne représente que 4 % de l'univers, alors qu'une matière inconnue, invisible, qu'aucun outil n'a jamais permis de détecter, peuplerait massivement le cosmos. Aujourd'hui, astrophysiciens et cosmologistes, chercheurs dans les champs de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, unissent leurs forces pour résoudre cette grande énigme : quelle est la nature de cette fameuse "matière noire" ?

Documentaire ARTE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Mer 19 Déc 2012 - 18:26

TRANSITION

La fin de ce cycle a une importance spirituelle




de Monique Mathieu, 15/12/2012

Ils me disent :

"Vous parlez beaucoup de la date du 21 décembre. Nous n’aimons pas vraiment parler de cette date, car pour nous, même si elle a une importance, celle-ci n’est pas la même que pour les êtres humains. Ils s’accrochent à certaines réalités ; pour nous, ce ne sont pas les mêmes réalités.

La fin de cycle que vous vivez a une importance spirituelle et non l’importance évènementielle que certains humains supposent.
Il a été dit énormément de choses concernant cette date ! Elle a généré beaucoup de peur, beaucoup d’espoir, beaucoup d’indifférence, mais cette date qui a tellement d’importance pour vous ouvre pour nous la porte à votre réel devenir.

Depuis des millénaires, les âmes des êtres humains dont vous faites partie sont venues énormément de fois sur ce monde et ailleurs. Vous avez expérimenté, vous avez vécu, vous avez aimé, vous avez souffert, vous avez grandi ! C’était votre école ! Vous avez chéri cette école, car malgré les moments difficiles vécus lors de toutes vos incarnations vous avez vécu des moments merveilleux, des moments de joie profonde, d’amour sincère, qu’il soit fraternel, en couple ou avec vos enfants.

Il arrive un moment où une école doit fermer ses portes parce qu’elle n’a plus rien à apporter à tous les êtres qui l’ont fréquentée. Cela va être le cas de cette merveilleuse planète qui va fermer les portes à tout ce qu’elle a pu représenter dans le passé et même dans un passé lointain.

Maintenant un avenir merveilleux s’offre à vous ! Bien sûr, il ne sera pas merveilleux pour tous, parce que certains êtres humains espèrent reproduire leurs plaisirs de troisième dimension, quels qu’ils soient, dans le nouveau monde qui s’ouvre devant eux. C’est pour cette raison que certains d'entre eux seront heureux, car ils verront l’accomplissement de milliers d’incarnations, l’accomplissement d’un travail conséquent pour l’évolution de leur âme.

Maintenant, une grande partie des êtres qui sont sur Terre vont aller continuer leurs études bien loin d’elle, mais cependant ceux qui en auront le désir pourront revenir sur ce monde qui ne sera plus du tout le même.

Nous vous avons dit maintes fois que cette petite planète est réellement un joyau. Si vous saviez comme elle est protégée  malgré toutes les bêtises que font les hommes ! Elle est protégée parce qu’aux yeux de ceux qui ont la charge de la gérer, elle a une importance beaucoup plus grande que celle que vous pouvez imaginer, et même que vos scientifiques peuvent imaginer. Elle est une clé spirituelle !

Donc petit à petit vous découvrirez tout ce que vous avez engrangé en vous, vous découvrirez tout ce que cette petite planète vous a permis de découvrir de vous-même pour évoluer.

Nous revenons un petit peu sur le 21 décembre, parce que cette date est tellement présente dans le cœur de tous les hommes !
Nous allons vous dire ceci : encore une fois, pour nous son importance est spirituelle ! Des portes vont s’ouvrir partout sur votre monde. Vous pourriez les appeler « portes spatio-temporelles », mais ce n’est pas la définition tout à fait exacte. Ce sont des portes énergétiques par lesquelles pénètreront des énergies de transition considérables.

Nous vous avons souvent parlé de cette transition ; vous arrivez au bout de tout ce que vous avez pu acquérir sur ce monde et donc vous allez vivre la transition. Cependant, en raison de votre fonctionnement d’être humain, vous avez l’impression que tout sera différent le 22  décembre !

Nous allons vous dire que lorsque vous venez au monde, il s’écoule un certain temps afin que vous puissiez découvrir votre environnement. Un bébé n’a pas la même conscience de ce qui l’entoure qu’un enfant de dix ans ou qu’un adulte ! Vous aurez donc un certain laps de temps pour vous adapter à votre nouveau milieu. Pour certains ce temps sera très rapide, pour d’autres il sera différent, mais il y aura une telle fraternité que celui qui n’est pas encore totalement éveillé sera aidé par celui qui l’est.
Certes, avant d’arriver réellement à cet éveil, il se passera des choses en vous et autour de vous ! N’attendez pas de nous que nous disions qu’il se passera tel ou tel évènement ! Pourquoi ne voulons-nous pas vous en parler ? Parce que ce serait un frein à votre évolution, un frein pour toutes les expériences qui vous restent encore à vivre. A chaque seconde de votre vie vous pouvez vivre une expérience. Si par exemple nous vous disions que le 21 décembre la vie que vous connaissez s’arrêtera, continueriez-vous à faire vos expériences ?

Chaque minute, chaque heure est une expérience, ne serait-ce qu’au travers des pensées que vous émettez. Emettre des pensées d’Amour génère automatiquement une réaction en vous et autour de vous ! Donc pourquoi est-ce que nous vous priverions de possibilités d’évolution ? Jusqu’à la dernière seconde, nous nous devons de vous protéger et également de vous permettre d’expérimenter !

Nous vous demandons de n’avoir peur d’aucune date, de ne pas avoir peur de ce qui pourrait éventuellement arriver ! Vous parlez des trois jours d’obscurité, de tous les grands changements se produisant actuellement sur le monde, et nous disons que tout cela n’a pas une très grande importance par rapport à tout ce qui vous sera offert, à tout ce qui vous est promis !

Bien évidemment, votre monde changera ! Vous ne pouvez pas reconstruire quelque chose de beau, de sain, d’équilibré et d’harmonieux sur la fange, donc tout doit être nettoyé ! Encore une fois, nous ne vous dirons pas de quelle manière ce sera nettoyé ! Nous dirons simplement qu’il existe des moyens qui sont au-delà de votre conscience et au-delà même de tout ce que vous pouvez imaginer, et qui permettront à ce monde d’être totalement régénéré, totalement nettoyé. Il changera tout simplement de fréquence vibratoire, alors tout ce qui a appartenu à la densité de troisième dimension ne suivra pas cette montée vers une dimension supérieure.

D’une certaine manière, il en sera de même pour vous, à la seule et unique condition que vous le souhaitiez ! Si vous ne vous accrochez pas à votre passé, il ne vous suivra pas parce qu’il n’aura plus d’utilité ; vous ne l’attirerez pas à vous, donc vous monterez librement vers votre destinée, vers la nouvelle dimension de vous-même,vers la nouvelle dimension de la Terre.
C’est pour cette raison que nous vous demandons réellement d’être conscient de tout ce qui va vous arriver à l’intérieur de vous-même et, d’une certaine manière, également à l’extérieur de vous, d’être conscient de la chance immense donnée à l’humanité actuelle.

Cependant, vous avez tous choisi de vivre cette fin de cycle, et vous avez mérité de la vivre ! Même l’être le plus ignorant a choisi de la vivre ! Rien ne vient sur la Terre par hasard ! Les êtres humains sont toujours guidés, ils sont guidés de l’intérieur d’eux-mêmes par leur âme et leur Divinité, et également par tous ceux qui s’occupent de l’humanité : leurs guides, leurs frères de Lumière, les Hiérarchies et les très Hautes Hiérarchies de Lumière.

Vous, êtres humains, lorsque vous cheminez, vous avez l’impression que vous êtes seuls ! Certes vous pouvez être accompagnés par votre famille et vos amis, mais parfois la solitude demeure et cependant nous sommes là ! Vous êtes accompagnés ! Soyez certains que pour cette fin de cycle, pour cette boucle qui se « boucle », nous serons plus que jamais auprès de vous !
Nous revenons encore une fois sur le 21 décembre. Ce jour-là, nous vous demandons d’être le mieux possible en vous, afin que vous puissiez intégrer toutes les Energies d’Amour qui vous seront envoyées.

C’est bien au-delà de tout ce que vous pensez au niveau de l’alignement des planètes, de tout ce que vos scientifiques ou non scientifiques ont pu vous raconter ! Nous le répétons : c’est bien au-delà ! Comme nous l’avons dit, ce jour là des portes s’ouvriront ! Une nouvelle Lumière passera par ces portes, et elle atteindra chacun de vous, peu importe l'endroit où il se trouve ! Vous n’avez pas besoin d’aller au Mexique ou dans le tout petit village français du Bugarach, vous n’avez pas besoin d’aller en haut d’une montagne !

Si vous avez suffisamment ouvert votre cœur, si vous avez accepté les transformations qui vous sont apportées, vous serez touché par cette Lumière !

Nous vous disons encore ceci : un enfant a besoin d’un certain laps de temps pour grandir, et lorsque vous aurez reçu cette Lumière vous aurez besoin de ce temps pour grandir ».

Ils me disent aussi :

« Enfants de la Terre, le monde est tellement différent de ce que vous en percevez ! Il est tellement différent de la conscience que vous en avez !

Que voyez-vous de votre monde actuellement ? Beaucoup de violence, beaucoup de souffrance, un déséquilibre profond, beaucoup d’injustice ! Vous êtes vous posé la question : pourquoi tout cela ?

Si vous arriviez à percevoir votre monde différemment, non seulement vous ne percevriez plus cette violence, cette tristesse et cette injustice, mais vous deviendriez les co-créateurs d’une autre réalité ! Vous vous indignez de cette souffrance, nous le comprenons totalement, mais à partir du moment où vous vous indignez par rapport à elle, vous donnez encore de l’énergie à quelque chose qui ne doit plus en avoir !

Donc, afin que l’homme s’éveille et ne génère plus toutes les énergies qui appartiennent, qui appartiendront totalement à un passé révolu, nous ferons tout ce que nous pourrons pour vous aider, mais il faut que vous aussi vouliez vous aider ! Il faut que vous soyez prêt à lâcher prise à tout ce que vous avez été, à vos anciens schémas de fonctionnement, il faut que vous alliez résolument vers votre devenir, même si celui-ci n’est pas encore bien clair en vous, même s’il vous échappe !

Nous comprenons totalement les hommes ! Ils veulent savoir, ils veulent comprendre ! Ils veulent des preuves, ils veulent tout ce que nous ne pouvons leur donner ! Pourquoi ne pouvons-nous pas leur donner tout cela ? Parce que si nous leur offrions tout ce qu'ils désirent, nous les empêcherions d’évoluer, et il faut qu'ils passent par certains chemins, par une certaine compréhension, pour évoluer beaucoup plus vite et beaucoup plus facilement.

Vous avez choisi cette époque très difficile, certes, mais qui vous permet, en une seule incarnation, d’évacuer tout ce que vous avez vécu de lourd dans d’autres vies, et également d’évoluer en une seule vie sur ce monde comme si vous aviez vécu de très nombreuses incarnations.

Actuellement, tout vous est donné pour vous ouvrir, pour que vous puissiez comprendre où se trouve la Lumière, et d’abord la Lumière en vous !

Essayez de réfléchir : au Moyen Age, y avait-il cette possibilité donnée aux êtres humains. Lors de la Renaissance, cette possibilité a-t-elle été donnée ? Au début des 18 ième et 19 ième siècles et même au début du 20 ième siècle, a-t-il été donné cette possibilité ?

Les possibilités de comprendre et d’avancer au travers de ce que vous appelez Internet, de vos lectures, de vos échanges, n’ont pas été données il y a si longtemps que cela  ! Finalement, vous l'avez totalement accepté, comme si vous connaissiez tout ce qui vous est offert ! C’était déjà en vous, il y avait une résonance, donc vous étiez presque prêts ! Maintenant vous êtes prêts alors que vous ne l’étiez pas il y a dix ou vingt ans !

Ceci aussi vous a préparé à ce que vous êtes aujourd’hui. Ceci vous a préparé à la gigantesque transition, mais vous n’en avez pas conscience, heureusement d’ailleurs, car si vous aviez conscience de cette transformation, certains de vous ne seraient pas si heureux que cela, car ils regretteraient complètement leur vie de compétitivité, de pouvoir, de plaisirs et de satisfactions, quelles qu’elles soient !

Tout se fait dans l’ordre divin ! Tout est juste, que ce soit tout ce qui se passe actuellement sur votre monde ou ce qui se passe à l’intérieur de vous, et le Plan s’accomplit !

Parlant du Plan qui s’accomplit, nous allons dire ceci : nous, nous savons ! Nous savons quel est le Plan qu’a choisi l’humanité ! Il y avait plusieurs scénarios possibles ! Elle s’est engagée dans le scénario qui la mènera jusqu’à la grande transformation globale, jusqu’à la transition. Bien évidemment, vous le comprendrez, nous ne pouvons pas vous dire quel scénario elle a choisi, parce que cela ne nous est pas permis, parce que nous interférerions sur votre évolution ! Bien sûr il y aura toujours des êtres qui vous raconteront des belles histoires, probablement d’autres canaux ! Vous pourrez les croire ou ne pas les croire selon ce que vous êtes.

Nous vous disons : l’important n’est pas ce que sera votre « demain », l’important est ce qu’est votre « aujourd’hui », c’est ce que vous en faites, c’est ce que vous faites de vous-même, c’est la facilité ou la moindre facilité que vous avez d’évoluer, d’aimer, d’être en joie, d’être serein ! C’est cela la réalité de la vie !

Beaucoup d’entre vous – et notre canal le sait – ont connu des mondes de sérénité, de paix, de joie et d’Amour, et ont été volontaires pour venir sur ce monde afin de venir aider à l’éveil. A partir du moment où vous avez connu cela, tout est en vous ! Tout est réellement en vous ! Bien sûr, il faut aller chercher votre propre réalité au fond de vous-même! "

_______________________

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
• qu'il ne soit pas coupé
• qu'il n'y ait aucune modification de contenu
• que vous fassiez référence à  notre site  http://ducielalaterre.org
• que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Mer 19 Déc 2012 - 18:46

L’Apocalypse selon ARTE... Basketball Very Happy



L'Apocalypse Selon Vous (1)

http://videos.arte.tv/fr/videos/l-apocalypse-selon-vous-1--7141248.html



L'Apocalypse Selon Vous (2)

http://videos.arte.tv/fr/videos/l-apocalypse-selon-vous-2--7141266.html



L'Apocalypse Selon Vous (3)

http://videos.arte.tv/fr/videos/l-apocalypse-selon-vous-3--7141284.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
quartz-rose

avatar

Nombre de messages : 1803
Localisation : Au calme
Date d'inscription : 19/04/2011

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Mer 19 Déc 2012 - 19:58

Esprit a écrit:
Pour ceux qui poursuivent leur quête spirituelle comme moi, ce genre de documentaire me parait utile à voir. Voici un aperçu du documentaire par ARTE. study


LE MYSTÈRE DE LA MATIÈRE NOIRE

Dans nos modèles physiques, le poids de toute la matière observable (étoiles, galaxies...) ne représente que 4 % de l'univers, alors qu'une matière inconnue, invisible, qu'aucun outil n'a jamais permis de détecter, peuplerait massivement le cosmos. Aujourd'hui, astrophysiciens et cosmologistes, chercheurs dans les champs de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, unissent leurs forces pour résoudre cette grande énigme : quelle est la nature de cette fameuse "matière noire" ?

Documentaire ARTE



MERCI!!!!

GENIAL !!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Jeu 20 Déc 2012 - 8:18



À Bugarach, la presse piétine en attendant la fin du monde


Une centaine de gendarmes et une horde de journalistes s'agglutinent, mercredi, dans les rues de Bugarach.


La nuit, Bugarach retrouve son calme habituel.

Eextrait du Figaro

Russes, Chinois, Hongrois… 244 journalistes du monde entier ont été accrédités par la préfecture de l'Aude pour assister à l'apocalypse.

Surréaliste! Une centaine de gendarmes sillonnent les rues de Bugarach (Aude) et les alentours, des hélicoptères balaient le ciel et une horde de journalistes s'agglutine sur les chemins empruntés par les forces de l'ordre. Et tout cela pour rien! Malgré la publicité mondiale, via le Net, concernant Bugarach - ce village qui serait épargné par la prétendue fin du monde le 21 décembre - l'affluence n'y est pas. Cette petite commune de 200 âmes n'est guère assaillie par les croyants du monde entier qui viendraient s'y réfugier, dans l'espoir d'être épargnés par l'apocalypse. Aucun car, aucun cortège de voitures n'arrive dans ce coin perdu de l'Aude. La bourgade offre sa mine habituelle, avec ses ruelles désertes et ses rares habitants consternés de voir tant de médias et tant de forces de l'ordre.

Installés sur un bout de terre détrempé, dans un camping-car de fortune, il y a bien ces trois compères qui ont fait spécialement le déplacement de Perpignan, «pour être là», dit l'un d'eux. Il s'agit d'un père de famille qui a décidé d'emmener dans l'aventure un ami et aussi son fils de 17 ans qui, du coup, sèche l'école. La table de camping est dressée, les verres disposés dessus et deux bergers allemands sont aussi du voyage. «On ne croit pas à la fin du monde, mais on est là pour l'ambiance», lance l'un d'eux, visiblement décidé à faire la fête. C'est a priori loupé, car même les badauds n'ont pas fait le déplacement. Le village, qui aurait pu un peu s'égayer avec l'arrivée de visiteurs inhabituels en cette saison, n'offre même pas un petit air de fête. Bugarach est comme une pièce de théâtre désertée par ses acteurs et par son public. Les tenants de l'apocalypse ne sont pas là et ceux qui auraient pu s'en amuser pas davantage.

Du coup, les nombreux journalistes - 244 accrédités auprès de la préfecture et venus du monde entier - restent sur leur faim. Et certains arrivent de loin: de Hongrie, de Russie, de Chine ou encore du Japon, comme cette équipe de tournage de Fuji TV. Son réalisateur, Yukihiro, est là pour préparer un documentaire d'une heure dans le cadre d'une émission de divertissement portant sur les villes insolites. «Il y a eu ainsi un film tourné sur une métropole en Inde où l'on avait dénombré le plus grand nombre de jumeaux au monde», raconte Asako, l'interprète du groupe. Il y aura donc un spécial Bugarach: «Yukihiro était tombé sur un magazine relatant cette histoire incroyable. Mais, aujourd'hui, il est déçu. Il pensait que le village serait pris d'assaut par des gens du monde entier», poursuit Asako.

Ce long cortège de médias qui déambule comme une âme en peine dans les quelques rues de la bourgade, fond alors sur les quelques illuminés du coin, trop contents, quant à eux, d'avoir enfin un auditoire à leur mesure! Parmi eux, Sylvain Durif, de son faux nom cosmique, «Oriana». «Je veux dire ce que sera l'apocalypse, prévue le 21 décembre, et ce ne sera pas la fin du monde. Il s'agira, ce jour-là, d'une révélation, d'une alchimie intérieure qui descendra dans chacun de nos corps», dit-il, en précisant avoir déjà connu cette expérience. «Cela avait été une incroyable décharge d'énergie», décrit-il, en indiquant que cela avait été «l'équivalent de 10.000 orgasmes d'un coup!» Après Bugarach et la fin du monde, Bugarach et les soucoupes volantes, voilà Bugarach et sa version «hot»!

Le maire assailli par les médias

Mais c'est aussi le maire, Jean-Pierre Delord, qui est assailli par les médias. Dès son arrivée devant la porte de la petite mairie, il est encerclé par une nuée de caméras et de micros. «On se croirait au procès de DSK! C'est inimaginable», râle un journaliste. Tant d'agitation pour rien… Certains dans le village commencent sérieusement à reprocher au maire sa communication incessante sur son village et à le rendre responsable d'un pareil dispositif de sécurité. L'édile se défend. «Ces mesures ont été décidées par le préfet et non par moi», souligne-t-il. Par précaution, en effet, le représentant de l'État a fait venir en nombre les gendarmes et décrété une série d'interdictions, comme celle de la chasse. Mais certains n'en ont cure. «Manquerait plus que ça, qu'on ne puisse pas chasser!»,indique un habitant, tout sourire, revenant, sans se cacher, d'une virée dans les bois, fusil sur le siège de la voiture et chiens dans le coffre. «J'ai rien tué et rien trouvé, pas même une petite soucoupe volante», s'amuse-t-il.

Le dispositif de sécurité, réajustable selon les besoins, est en principe prévu jusqu'au 23 décembre. Le 21 décembre, jour J de l'apocalypse, fera peut-être venir davantage de monde. Mais on peut en douter….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Indral



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Jeu 20 Déc 2012 - 17:11

Très intéressant, je ne pense pas que c'est la fin du monde, beaucoup s'affolent pour rien, de plus, il faut accepter notre destin, si on doit mourir, bien on mourira.... c'est pas parce que tu vas te cacher que tu ne mouriras pas, fin c'est mon opinion.
IL y'a tellement de mystère dans ce monde que parfois je ne cherche plus. Et tellement de chose qu'on nous cache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Jeu 20 Déc 2012 - 22:44

Indral a écrit:

Très intéressant, je ne pense pas que c'est la fin du monde, beaucoup s'affolent pour rien, de plus, il faut accepter notre destin, si on doit mourir, bien on mourira.... c'est pas parce que tu vas te cacher que tu ne mouriras pas, fin c'est mon opinion.
IL y'a tellement de mystère dans ce monde que parfois je ne cherche plus. Et tellement de chose qu'on nous cache.

Justement Indral, c'est pour cela que je mets ces commentaires (comme celui d'ARTE et du Figaro).
Il faut cesser avec cette hystérie et arrêter de prendre certains fantasmes pour des réalités. L’évolution de nos consciences continue et continuera toujours. Inutile de la jumeler et de la souiller avec des catastrophes et des inepties pareilles. Pour l'an 2000 il y a eu la même chose et rien n'a changé ce jour-là. Notre éveil est censé nous protéger plutôt que de nous détruire ! Même s'il y aura de la casse par moment... La seule chose qui diffère cette fois-ci, c'est notre éveil collectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Indral



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 21 Déc 2012 - 11:08

pas de soucis esprit, oui je comprends. Mais quoi que, j'ai un peu peur pour aujourd'hui, au réveil j'ai entendu un gros boom vers les montagnes lol en espérant que ça soit pas grand chose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 21 Déc 2012 - 11:33

Indral a écrit:

pas de soucis esprit, oui je comprends. Mais quoi que, j'ai un peu peur pour aujourd'hui, au réveil j'ai entendu un gros boom vers les montagnes lol en espérant que ça soit pas grand chose

Domine ta peur Indral, autrement tu participes inconsciemment à cette peur collective... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Justine34

avatar

Nombre de messages : 1487
Age : 83
Localisation : au soleil du Sud Est
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 21 Déc 2012 - 13:49

pourquoi se soucier de ce qui peut arriver ? tout est naturel et il faut bien se dire qu'à partir du moment de notre naissance nous sommes sûrs de finir un jour alors pourquoi s'en faire ?
C'est pour cela que les Bouddhistes sont des sages, et d'autres avec eux, en pensant chaque matin que c'est peut-être le dernier jour de notre vie, ainsi on s'habitue à la mort, elle ne fait plus peur et devient une amie.
Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indral



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Sam 22 Déc 2012 - 15:01

Justine34 a écrit:
pourquoi se soucier de ce qui peut arriver ? tout est naturel et il faut bien se dire qu'à partir du moment de notre naissance nous sommes sûrs de finir un jour alors pourquoi s'en faire ?
C'est pour cela que les Bouddhistes sont des sages, et d'autres avec eux, en pensant chaque matin que c'est peut-être le dernier jour de notre vie, ainsi on s'habitue à la mort, elle ne fait plus peur et devient une amie.
Bon courage.

Moi aussi je pense tous les jours à la mort.... mais j'ai peur parce que j'ai peur que après la mort nous ne voyons plus rien, que c'est le noir totale.... et que je ne retrouverais plus les gens que j'ai aimé dans cette vie, c'est ce qui me fait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Dim 23 Déc 2012 - 16:56

MANIFESTE POUR UNE NOUVELLE SPIRITUALITÉ

extraits de « L'Éveil de l'humanité (L’Écologie Intérieure 3) »




Voilà presque deux siècles qu'au nom de l'idéologie du progrès, la société occidentale (aujourd'hui étendue à la planète entière) a cru trouver le bonheur et le sens de l'existence, dans une production et une consommation sans limite de biens et de produits, jusqu'à l'épuisement programmé des ressources de la Terre qui accueille l'humanité. Sortir de cette impasse suicidaire implique de transformer radicalement nos modes de vie et de pensée.
C'est pourquoi la crise généralisée que nous traversons n'est pas seulement économique, financière, énergétique ou politique : elle est d'abord structurelle, culturelle, civilisationnelle et (osons le mot) spirituelle ; elle est la conséquence d'une idéologie absurde, réduisant l'être humain à un agent économique, sorte de créature robotique ayant pour seule finalité de produire et consommer, niant par là sa dimension affective, sensible, intuitive et idéaliste ; elle signe le désastre du matérialisme, l'échec d'un monde dédié au culte du profit, la fin d'une illusion, mais aussi peut-être la naissance d'un monde différent, plus sage, plus heureux et plus libre, comme la métamorphose de la triste chenille en somptueux papillon.

Notre potentiel oublié

Les peuples qui nous ont précédés et qui eurent au moins le grand mérite de nous léguer une planète habitable, n'étaient pas, quant à eux, des obsédés de la croissance et du pouvoir d'achat. Leurs centres d’intérêts étaient d'une toute autre nature : ils se passionnaient pour des questions mystiques et métaphysiques et entreprirent, par de multiples voies, de connaître et développer les aptitudes et potentiels de la conscience et de l'esprit.
Aussi, sur tous les continents et dans toutes les cultures, peut-on trouver le récit ou le témoignage d'êtres s'étant affranchis des limitations de la conscience ordinaire et faisant montre de qualités et capacités exceptionnelles : une joie et un amour constants et sans limite, une totale sérénité et un niveau élevé de discernement et de sagesse.

Cet état résultant d'un changement intérieur radical, se trouve qualifié par des mots très variés : ainsi en Orient, on parle dans le bouddhisme d'éveil ou d'illumination, dans l'hindouisme : de libération ou de réalisation, et dans d'autres traditions (soufisme, taoïsme et même chamanisme) on trouvera des termes équivalents ; en Occident, on recourt aux concepts quelque peu différents de sagesse ou de sainteté, mais les états que ces divers mots tentent de traduire, s'avèrent proches ou similaires, car ils constituent une réalité universelle, un potentiel offert à tout être humain, quels que soient sa culture, son origine ou son parcours.
Le véritable bonheur serait-il donc l’Éveil ?
En quoi consiste-t-il exactement et comment en faire l'expérience ?
Comment reconnaître les « éveillés » ? Passent-ils devant une commission chargée de les évaluer, les authentifier et leur délivrer une certification ou une autorisation d'exercer ?

Il n'existe heureusement pas de bureaucratie de l’Éveil. Le rayonnement, la bonté et l'amour qui émanent des éveillés sont les seules sources de la fascination qu'il suscitent. Pour qui a eu la chance de les rencontrer ou même de les voir en photo ou en vidéo (notamment par les livres et films d'Arnaud Desjardins), ce qui frappe est d'abord la profondeur et l'intensité de leur regard, à la fois doux et puissant, aimant et conscient.
L'amour que manifestent les éveillés a ceci de remarquable et d'inhabituel, qu'il touche chacun intimement et parfois de façon bouleversante, tout en étant parfaitement impersonnel, offert également à tous les êtres qu'ils rencontrent.
Cette manière d'aimer nous est la plupart du temps inconnue, tant elle diffère de ce que nous nommons généralement « amour », sentiment possessif, exclusif et jaloux, accordé à certains et pas à d'autres, susceptible de se muer, s'il est contrarié, en haine, mépris ou même indifférence.
L'amour ressenti par un être éveillé est au contraire patient, immuable, paisible et inconditionnel (accordé sans condition), parce qu'il ne dépend pas de l'autre mais de soi et résulte simplement de la joie d'être, de la reconnexion à la source intérieure et éternelle de sagesse et de bonté.

N'étant plus sujets aux projections, illusions et fantasmes qui altèrent généralement le mental humain, ayant atteint un plan de conscience situé au-delà des émotions aliénantes, ils perçoivent le réel avec clarté et précision, et s'y adaptent d'instant en instant, avec aisance, naturel, grâce et fluidité.
Autrement dit, ils improvisent constamment, ce qui ne manque pas de décontenancer ceux qui ne s'autorisent pas pareille liberté. Leurs paroles, actes et décisions ne se fondent pas sur l'application de principes, règles ou commandements, mais sur la perception directe et immédiate de chaque situation et sur l'appréciation intuitive de la meilleure conduite à tenir, pour le plus grand bénéfice de chacun.

En raison de la joie, l'énergie et la sérénité qu'ils émanent, les éveillés sont souvent l'objet d'un immense respect, voire même d'une intense vénération, pouvant aller jusqu'au culte de la personnalité.
Or l'adulation ou l’idolâtrie n'aide en rien à progresser sur la voie de l’Éveil. C'est même le contraire car, aussi longtemps que l'on mettra un autre être sur un piédestal en chantant ses louanges, on niera sa propre beauté et sa propre lumière, en les projetant sur son gourou de prédilection.

Pourtant, l’Éveil ne nous est pas inconnu : nous en avons tous eu des aperçus, ne serait-ce que fugitivement, durant quelques minutes, heures ou semaines dans des circonstances particulières, au cours d'un voyage, au plus fort d'une relation amoureuse, pendant un intense épisode de création artistique ou durant un séjour au cœur de la nature...
Il nous est ainsi tous arrivé de ressentir soudain et sans savoir pourquoi, une immense joie et une profonde paix, éprouvant le sentiment de la perfection de l'instant présent et d'être un avec le monde, l'univers et la vie, puis de perdre cette connexion, de refermer les portes du sublime et de retomber dans les illusions et limitations de la conscience ordinaire.
C'est pourquoi l'Éveil nous appartient et nous concerne tous : il existe en chacun à l'état latent ; il est notre nature véritable, notre identité ultime, essentielle et ineffaçable, qui ne peut nous être retirée, quels que soient nos torts, erreurs, défauts ou insuffisances.
L'Éveil n'est donc pas l'apanage, ni la propriété exclusive de quelques ermites en lévitation dans une grotte de l'Himalaya ou de gourous fameux, entourés de leurs nombreux disciples dans de vastes ashrams.
L'Éveil est le devenir et la vocation de l'humanité toute entière, notre rêve perdu, notre mission oubliée et la raison d'être de notre présence sur Terre.

Dans les milieux dits spirituels, l'Éveil est généralement conçu comme un évènement grandiose, impressionnant, spectaculaire, réservé à quelques êtres prédestinés et quasiment inaccessible au commun des mortels.
Cette conception élitiste et hiérarchique de l'Éveil, qui conduit à le placer en-dehors de l’existence quotidienne de chacun, hors de portée de la majorité des humains, ne correspond pourtant pas à la réalité : pour qui en a fait l'expérience concrète et effective, le processus d'Éveil revêt de multiples formes, différentes pour chacun: il peut être immédiat ou graduel, comporter des avancées et des reculs, des ombres et des lumières ; il est mystérieux, progressif, incontrôlable et imprévisible.
Le temps est venu, sans doute, de démythifier, désacraliser et démocratiser l'Éveil et de comprendre qu'il s'agit d'une possibilité universelle, chacun d'entre nous pouvant dès lors être légitimement qualifié d'éveillé en puissance ou en devenir, d'intermittent de l'Éveil comme il est des intermittents du spectacle.

L'imposture religieuse

Qui veut connaître l’Éveil ou souhaite entamer une « démarche spirituelle », sera généralement amené à s'adresser aux professionnels de la profession, c'est-à-dire aux autorités connues et reconnues en la matière, revêtues, selon le cas, de robes blanches, jaunes, rouges, brunes, noires ou même violettes.
L'enseignement prodigué consistera alors invariablement en une impressionnante accumulation de dogmes, doctrines, préceptes, rituels, interdits, observances et commandements, qu'il s'agira d'intégrer, réciter et appliquer, sans qu'à aucun moment, il ne soit question de s'interroger sur leur validité et leur bien-fondé.
Aussi, loin de se libérer du fardeau des réflexes émotionnels et idées préconçues (qui constituent le principal obstacle sur la voie de l’Éveil), on en adoptera de nouveaux et l'on ajoutera ainsi un manteau d'aliénation de plus, sur ceux si nombreux déjà existants.
Et en s'efforçant d'adopter le comportement souhaité, pour être conforme aux exigences de la nouvelle idéologie que l'on aura adoptée, on ne fera que s'éloigner encore davantage de son inspiration personnelle, de sa sagesse spontanée et de sa liberté d'esprit, de parole et d'action.

Car la logique suivie par les traditions religieuses et spirituelles, s'avère toujours la même, fondée sur l'idée que l'être humain est inapte à déterminer par lui-même la bonne manière de vivre, et qu'il doit par conséquent appliquer les idées et pratiques, que des autorités supérieures, supposées plus sages et éclairées que lui, auront établies et élaborées à sa place et pour son bien : aussi les dogmes et doctrines lui prescrivent-ils quoi penser, les prières et livres saints quoi dire et les rituels et commandements quoi faire.
Comment pourrait-on devenir libre, en renonçant à sa souveraineté et en abdiquant systématiquement de son aptitude à exercer cette même liberté ?
Ne pourrait-on imaginer une autre forme de spiritualité, non-religieuse, non-superstitieuse et non-dogmatique, fondée non plus sur le sacrifice, l'obéissance et la répétition de formules toutes-faites, mais sur le plaisir, l'expérience personnelle et l'autonomie de pensée ?

L'histoire des spiritualités montre bien que les êtres les plus évolués et éveillés, de Socrate à Krishnamurti en passant par le Bouddha, Tchouang-Tseu ou le Christ, furent chaque fois considérés comme des hérétiques et des dissidents par les autorités de leur temps, parce que, du fait même de leur Éveil, ils osèrent remettre en cause les croyances et idées alors communément admises.
Le Bouddha par exemple, insatisfait des enseignements de ses maîtres de méditation, décida, peu avant son illumination, de ne se fier qu'a sa propre expérience et de découvrir par lui-même la vérité ultime.

Ainsi est-il possible d'aborder et de vivre les processus spirituels et états d'expansion de conscience, de manière libre et autonome, en-dehors du carcan étouffant et aliénant des dogmes et des rituels.
Or cette démarche est précisément celle de l'expérimentation scientifique, dont le principe est d'étudier le réel sans tabou, interdit ou préjugé.
Science et mystique, rationalité et spiritualité sont ainsi deux domaines, approches ou démarches, non seulement conciliables et compatibles, mais encore complémentaires et intimement liées, comme l'ont montré par exemple les récents développements en physique quantique.
La spiritualité, l’Éveil et la connaissance de soi ont dès lors vocation à être réintégrés au sein du vaste édifice de la culture humaine, à ne plus être considérés comme des sujets tabous, mais à devenir un objet de recherche et de débat, à être étudiés, expérimentés et enseignés comme une discipline à part entière, de manière rigoureuse et approfondie, au même titre que les mathématiques, les langues ou la géographie.

Sortir l'Éveil du ghetto des milieux spirituels, permet de lui redonner sa véritable place, son enjeu réel, qui est de constituer le socle, la racine ou la fondation des cultures et civilisations.
En effet, il suffit de considérer avec attention les chefs d’œuvres qui nous furent légués par les sociétés passées, en architecture, musique ou poésie par exemple, pour percevoir que leurs auteurs avaient manifestement atteint un haut niveau d’Éveil et d'évolution.
Et l'on pourrait multiplier les exemples, de Pythagore à Einstein en passant par Léonard de Vinci ou Victor Hugo, pour montrer que les grands esprits ayant marqué l'histoire des sciences et des arts, furent pour la plupart des intuitifs inspirés, mystiques et visionnaires, des explorateurs de la conscience autant que de la matière.

L'Éveil est ainsi la source du savoir, la condition de l'esprit, l'origine du génie, la puissance de la création.
C'est pourquoi l'Éveil est la patrie des artistes, philosophes, chercheurs et découvreurs, inventeurs, novateurs et révolutionnaires. Tous participent à leur manière, qu'ils en soient ou non conscients, à l'Éveil de l'humanité, à son émancipation des geôles mentales, psychiques et culturelles, qui la retiennent depuis si longtemps prisonnière.
L’Éveil est la clé de la transformation du monde ; il est le facteur auquel on ne pense pas ; il est le moyen autant que le but, la carte autant que le territoire d'un nouveau monde à inventer, imaginer, créer et édifier.

Un puissant vent de liberté souffle aujourd'hui sur le monde.
Les dernières dictatures s'effondrent l'une après l'autre, car les peuples de la Terre n'acceptent plus que leur dignité et leur liberté soient méprisées et bafouées.
Partout sur la planète, des hommes et des femmes s'éveillent à ce qu'ils sont vraiment, font prévaloir la voix de leurs sentiments sur celle des traditions et du conformisme, et parlent, agissent, se rebellent, proposent et mettent en œuvre des solutions innovantes et modes de vie différents, que l'on qualifiera de différentes manières: alternatives, décroissance, écologie, altermondialisme, transition…
Du fait même de l'accumulation de crises multiples, chacun se trouve aujourd'hui amené à réfléchir, s'interroger, questionner et remettre en cause les pseudo-certitudes et dogmes vacillants du modèle dominant.
Ainsi, c'est l'humanité toute entière, qu'elle l'ait ou non souhaitée, qui se trouve maintenant mise en présence d' un mouvement généralisé d’Éveil de conscience, mettant peu à peu en pièces tous les repères et idées, sur lesquels elle s'était jusque-là construite.
Dès lors, chacun est confronté à ce choix : s'ouvrir, se transformer, s'accomplir et s'éveiller, ou bien se fermer, se nier, se mentir et se perdre.
S'il nous faut sortir de l'impasse matérialiste et inventer un autre monde et un nouveau contrat social, il reste à savoir quel pourrait être le visage d'une société spiritualisée, éveillée ou éclairée : allons-nous être sommés de devenir de parfais dévots, arborant un éternel sourire mièvre et béat ? Va-t-il falloir adhérer et se soumettre à un nouveau culte, de nouvelles églises ou obédiences ?

Le retour du religieux (plus ou moins mâtiné d'intégrisme) et l'idéalisation de la tradition ne peuvent constituer des réponses adéquates au besoin de sens et de transcendance, tout simplement parce que ceux-ci ont amplement apporté la démonstration de leurs échecs et de leurs impasses ; ils ont abondamment fait la preuve de leur incapacité à générer un véritable épanouissement individuel et collectif.
La religion n'a certainement pas pour objet l'Éveil et l'accomplissement de l'être humain, mais tout au contraire son asservissement et son enfermement dans la prison des croyances imposées et des rituels répétitifs.
Au lieu de le libérer de ses chaînes, elle en forge de plus grosses encore. Elle l’abaisse quand elle devrait l'élever. Elle lui fait croire en sa faiblesse, sa petitesse et son indignité, au lieu de lui montre sa puissance, sa grandeur et sa beauté.
La religion est par essence totalitaire, puisqu' elle décrète des dogmes arbitraires et des croyances déraisonnables, obligeant par-là celles et ceux qui y adhèrent, à se couper de leur ressenti intérieur et à renoncer à une pensée libre et souveraine.
Historiquement, elle s'est le plus souvent avérée un outil de domination, de conditionnement et d'infantilisation des masses, au service des intérêts des possédants et des puissants. L'imposture de la religion consiste à se présenter comme la continuatrice, la dépositaire et la représentante officielle du message des éveillés, alors qu’elle n'en fournit qu'une version tronquée, falsifiée et corrompue, trahissant et dénaturant leurs véritables enseignements.

Prenons l'exemple du christianisme, la religion majoritaire et dominante en Occident : le message du Christ, tel qu'il apparaît dans les Évangiles, est un message révolutionnaire d'amour inconditionnel et d'émancipation de toutes les barrières et frontières mentales et institutionnelles.
Or, en son nom et après sa mort, fut créée par les prêtres et les « pères de l'église », une religion incroyablement oppressive et violente, prêchant exactement le contraire de sa pensée, c'est-à-dire à la fois l'intolérance (persécution des païens, des hérétiques, des prétendues « sorcières », des cathares, inquisition, croisades, guerres de religion…) et le mépris de soi (culpabilisation du corps, du désir et de la sexualité, dépréciation de la femme, apologie du sacrifice, de l'obéissance, de la souffrance, des privations, etc.).

La prétendue spiritualité conçue comme un combat contre soi, ne peut évidemment conduire qu'à la dureté, l’amertume, la frustration et la rigidité. Et une démarche dite spirituelle, consistant pour l'essentiel à s'imposer toutes sortes d'impératifs et d'interdits (du type : « je ne dois pas dire ceci ; je ne dois pas penser cela... ») ne conduit évidemment pas à l'Eveil, mais bien plutôt à l'aliénation, la confusion et l'auto-dépréciation.
Beaucoup, dans les milieux spirituels ou du développement personnel, entreprennent ainsi, avec les meilleurs intentions du monde, de se contrôler constamment, de surveiller férocement les moindres de leurs pensées et paroles, afin de se conformer aux injonctions qui leur sont faites, d'être « dans le cœur », « dans l'amour » et de ne surtout pas être « dans le mental » ou « dans le jugement ».
Cette dictature intérieure permanente, cette guerre envers soi-même, ne permettent assurément pas de s'émanciper et se réaliser, mais conduisent au contraire à perdre sa spontanéité, son naturel, sa joie de vivre, son humour et sa liberté de pensée.
Il s'ensuit un véritable cercle vicieux : plus l'on se contrôle et s'oblige à n'avoir que des pensées et paroles correctes et autorisées, plus l'on perd la connexion avec soi et sa propre sagesse intuitive ; on se sent alors de plus en plus perdu et l'on se réfugie d'autant plus dans des réponses et idées toutes-faites, émanant d'autorités extérieures, dont on s'appliquera à intégrer, réciter et appliquer les préceptes et commandements.

Le problème posé par ce qu'il faut bien appeler la pseudo-spiritualité, provient d'un malentendu, issu d'une ignorance du fonctionnement émotionnel humain et de l'existence même de l'inconscient.
Ce n'est pas en tournant le dos à son ombre, qu'on la fera disparaître. Ce n'est pas en niant et refoulant ses émotions douloureuses et ses tempêtes intérieures, que l'on s'en libérera comme par magie, mais bien en les ressentant et les acceptant, ce qui provoquera leur transmutation ou transformation harmonieuse.
C'est pourquoi l'authentique spiritualité ne consiste pas à appliquer un vague code moral, un ensemble de règles, principes et rituels, mais à vivre un voyage intérieur, un itinéraire de transformation, menant progressivement, par la guérison du cœur, à l'Éveil de l'être intérieur.
Chacun souhaite vivre, connaître et ressentir l'amour universel et inconditionnel, mais ce sentiment ne peut être obtenu de force, par la volonté et le contrôle, au risque de n'être qu'une caricature, un simulacre, un amour faux, qui s'avère au final oppressif, hypocrite et dictatorial.

Il s'agit donc d'abandonner l'ancestrale posture patriarcale de lutte et de domination envers autrui comme envers soi, pour expérimenter et développer une nouvelle attitude, d'essence féminine, d'ouverture, de lâcher-prise et d'acceptation de ce qui est en soi, comme de ce qui est en l'autre.
Autrement dit, il nous faut réapprendre l’abandon, la douceur, la spontanéité et la simplicité, être vrai, nous accepter tels que nous sommes; et nous découvrirons alors notre indéniable beauté, notre remarquable sagesse et notre indéfectible Eveil.
Tel un poisson tournant en rond dans son triste bocal, l'homme ou la femme d’aujourd’hui étouffe et désespère dans un monde absurde, dépourvu de sens comme de finalité, et se tourne alors à raison vers la spiritualité ; mais les versions qui lui en sont le plus souvent proposées, ritualistes, dogmatiques et disciplinaires, se révèlent finalement comme autant de murs ou d'impasses, tout aussi sclérosantes et aliénantes, si ce n'est davantage.

Une nouvelle culture

Voilà des millénaires que l'être humain est en guerre : en guerre contre le monde extérieur, contre ses rivaux, le clan d'en face ou le pays d'à côté ; en guerre contre la nature, le « gibier », les animaux étiquetés « nuisibles », les « mauvaises herbes », les microbes et virus ; en guerre surtout contre lui-même, son corps, ses émotions, ses désirs et même ses pensées.
Dans les domaines du sport, de la politique ou de l'économie par exemple, le vocabulaire guerrier et la logique de l'affrontement sont systématiquement utilisés: on parle ainsi d'écraser, vaincre, dominer, humilier, laminer ou éliminer le concurrent, l'ennemi ou l'équipe adverse ; il s'agit de trouver la faille, l'angle d'attaque, la bonne stratégie, d'être impitoyable, un leader, un winner, un killer, etc.
On est loin de l'écoute, de l'empathie et de la coopération, conditions indispensables de toute vie en société !
Quand l'être humain va-t-il enfin cesser le combat et se réconcilier avec lui-même et avec le monde ?
Et en quoi pourraient donc consister une culture de paix et même une culture de l'Éveil ?

Chaque culture est simplement la traduction dans la matière concrète, du niveau de conscience, degré d’Éveil ou stade d'évolution, atteint et manifesté par un peuple, un groupe ou une société.
Ainsi existe-t-il un art mortifère et un art inspirant, une politique d’oppression et une politique d'émancipation, une économie d'asservissement et une économie d'accomplissement, des modes de vie destructeurs et des modes de vie responsables, des technologies polluantes et des technologies écologiques...
Faisons un rêve, imaginons (comme l'auraient dit Lennon ou Luther King), un monde où un nombre chaque jour croissant d'hommes et de femmes se mettent à l'écoute d'eux-mêmes, s'éveillent à leur être véritable, font prévaloir la voix de leur cœur sur celle d'idéologies extérieures, et entreprennent dès lors de réaliser leur rêve sacré ; où, par l'écoute de soi, des autres et de la nature, s'invente et s'élabore peu à peu, une nouvelle culture de douceur, de plaisir et de sagesse; et où se construit, malgré tous les obstacles, une société de dialogue, de partage et de coopération entre les individus, entre les classes, nations et cultures, ainsi qu'avec les différents peuples non-humains.

Ce monde, c'est le nôtre ; et cette époque, c'est maintenant !
Car, malgré les messages anxiogènes et démoralisants des médias, cet Éveil de l'humanité est bel et bien en cours aujourd'hui, à travers d'innombrables initiatives positives, individuelles ou collectives, chacun pouvant le voir et le créer, en soi et autour de soi.
L’Éveil de conscience des peuples et des individus est ainsi le pont entre les mondes, le moyen et le moteur de la transition des âges ou de la mutation sociétale et planétaire.

Héritière du Christ et du Bouddha, comme de Woodstock ou de mai 68, la nouvelle culture spirituelle, que chacun pressent, attend et espère, ne consiste pas à prendre des poses ou des manières « spirituelles » ou à afficher un éternel sourire béat, mais à être vrai, naturel, intuitif et créatif, à œuvrer plutôt que travailler, à inventer plutôt qu'appliquer, à réfléchir plutôt que répéter, et à écouter son corps, honorer sa sexualité, vivre ses émotions, exercer sa pensée et expérimenter l’expansion de sa conscience.
La nouvelle culture de vie qui s'en vient, ne vise pas à formater et enfermer l'être humain dans des moules et schémas répétitifs et restrictifs, mais à lui procurer les conditions idéales pour se connaître, se comprendre, se trouver, se transformer et se réaliser, exprimer ses plus remarquables et brillants potentiels et manifester sa nature éveillée, accomplie et unifiée.
La nouvelle spiritualité, libre, intuitive et spontanée ne conduit donc pas à être l'esclave d'un gourou, d'un groupe ou d'une doctrine, mais à devenir un humain adulte, évolué, actif et autonome, et à remplacer le rituel par l'expérience, les superstitions par la connaissance, la dévotion par l'estime de soi, l'obéissance par le dialogue, la prière par l'intuition et la discipline par l'inspiration.

C'est pourquoi le surgissement de l'Éveil n'est pas réservé ou confiné aux lieux conçus à cet effet (ashrams, monastères, ermitages etc.), mais s'invite insolemment dans tous les espaces de la vie sociale, et particulièrement ceux où les enjeux sont complexes, délicats, subtils et considérables : lieux associatifs, militants ou communautaires, salles de spectacle, ateliers d'artistes, studios de cinéma, universités, assemblées délibératives, salles de rédaction...
La réflexion, l'invention, l'imagination, l'illumination, la poésie, la spontanéité, la sensualité et le désir, sont ainsi les outils ou chemins multiples et inattendus de l'Éveil de l'humanité, qui lui permettront d'explorer et expérimenter la spiritualité essentielle et éternelle, celle de la vie, la joie, la jouissance et l'extase !

La spiritualité du plaisir

Plaisir et spiritualité, voilà deux mots que l'on n'a pas l'habitude d'associer !
Pourtant, que vaudrait une démarche spirituelle qui consisterait à se blesser, se maltraiter, se brimer et se faire souffrir ?
La spiritualité authentique n'est ni triste, ni sérieuse, ni austère. Et la plénitude, le bonheur et la joie figurent parmi les attributs essentiels de l'Éveil.
Pour un être éveillé, la vie consiste ainsi en une suite ininterrompue de bonheurs et de plaisirs, car tout instant, tout acte et tout événement deviennent extraordinairement intéressants, dès lors qu'ils sont vécus consciemment, avec un œil neuf et sans routine, rituel, attente ou idée préconçue.
La route de l'Éveil commence donc par apprendre à jouir, c'est-à-dire savoir percevoir et apprécier toute la richesse, la beauté et l'intensité de l'instant présent.

Mais, au nom du plaisir, l'être humain bien souvent s'abîme, s'intoxique et se détruit, par ignorance, fuite ou mépris de lui-même.
Il existe effectivement un monde entre le plaisir de la contemplation d'un somptueux paysage automnal, lors d'une randonnée en montagne et le prétendu plaisir d'une beuverie, se terminant invariablement par les cris, la violence et la déchéance.
L'art de l'instant consiste donc en une puissante quête de beauté et une exigence permanente de valeur et de qualité : qualité des moments vécus et partagés, qualité des pensées et sentiments éprouvés, qualité des actions et projets entrepris...
On peut ainsi hiérarchiser les plaisirs, du plus grossier au plus subtil ; et une des multiples définitions que l'on pourrait donner de l'Éveil ou de la spiritualité, serait l'aptitude à goûter à des plaisirs de plus en plus fins, délicats ou éthérés.

Or, pour apprécier et savourer l'instant présent, encore faut-il s'en donner les moyens et le temps. Une existence entièrement vécue dans la vitesse, l'urgence et la précipitation ne pourra produire que des instants médiocres, des pensées conventionnelles et des relations superficielles.
Pour s'exercer à l'art du plaisir, il est donc nécessaire de développer son attention et sa sensibilité, et pour cela, de ralentir le rythme, d'élaguer les activités nocives ou inutiles et de se donner le droit de faire ce que l'on aime, de dire ce que l'on pense et d'écouter ce que l'on ressent.
Le plaisir conscient devient ainsi synonyme de sagesse : en se mettant de plus en plus à l'écoute de son ressenti intérieur, on s'écartera des impasses et des pièges, et l'on deviendra expert dans l'art des solutions heureuses.

Apprendre le plaisir, c'est donc explorer et connaître de mieux en mieux son monde intérieur, ses sensations, émotions, désirs et sentiments ; c'est ainsi rétablir la connexion à la source de soi, à son être intérieur.
Le plaisir véritable n'a donc rien d'une fuite hystérique et hypnotique dans l'hyper-consommation, les activités extrêmes et dangereuses ou encore les prétendus « paradis artificiels » des toxicomanes.
L'hédonisme bien compris est en réalité un retour à soi, à ses idéaux et aspirations profondes, à son objectif de vie, parfois délaissé, ignoré ou enterré.

Le plaisir réel est donc moral, constructif, noble et spirituel : il résulte du désir de se rendre utile, d'apporter sa pierre à l'édifice commun et d'en retirer bonheur et fierté. Qu'il s'agisse de gastronomie, de musique, de philosophie ou de l'art de réparer les bicyclettes, la voie du plaisir nous mène vers l’Eveil et l’accomplissement.
Car le plaisir authentique, émanant du centre de soi, est un indice de justesse : il indique à chacun ce pour quoi il est fait, ce qui lui permettra de se réaliser ; et il se trouve, pour cette raison, toujours accompagné du sentiment d'être à sa juste place et d'accomplir et satisfaire le dessein profond de son cœur.

La sagesse du désir

Comment l'être éveillé, éclairé et évolué en nous-même pourrait-il en effet se faire entendre, si ce n'est par des intuitions soudaines, des impulsions, des idées, des envies, des aspirations, autrement dit des désirs ?
Ainsi le désir n'est ni diabolique, ni source de toute souffrance, comme nous le serinent les religions depuis quelques millénaires, mais tout au contraire l'expression de l'être essentiel, le message de la sagesse intérieure et l'impulsion primordiale de vie, sans laquelle nous ne serions que des cadavres ou des robots.

Ne confondons pas les désirs véritables, qui viennent de nous-même et qui nous sont profitables, avec des attitudes-réflexes qui nous sont dictées par le milieu social et l'idéologie de la consommation permanente : s'abrutir tous les soirs devant la télévision pour ne plus penser, ou vider la moitié du frigo pour ne plus ressentir le vide de sa vie, ne sont pas les vrais désirs du cœur ou de l'être intérieur, mais bien une fuite, un évitement ou un déni de ceux-ci.
Le désir est donc à écouter, ressentir, découvrir et honorer ; il est le signal intérieur précieux et puissant, par lequel notre intuition nous fait savoir quelle est la meilleure voie à suivre, le chemin qui nous mènera à l'accomplissement et au succès.
Le désir est illuminateur : il est la voix de l'aspect de nous-même qui aspire à la beauté, au plaisir, à la joie, à l'amour et à une vie enchanteresse.

Dans les années soixante, les enfants du « baby-boom » ont, une fois devenus adultes, vécu, pour une large partie d'entre eux, une véritable révolution du désir, un prodigieux et mystérieux éveil collectif de conscience.
Ils ont su se libérer de leurs peurs ainsi que des tabous, interdits et préjugés de leur classe, leur milieu d'origine ou leur éducation, pour suivre leurs désirs, leurs sentiments, leurs intuitions et leurs idéaux : en très peu d'années, ils inventèrent, découvrirent ou réactualisèrent tout ce qui, aujourd'hui encore, apparaît comme la base d'une société désirable, harmonieuse et alternative : l'écologie, la libération sexuelle, le féminisme, la remise en cause de la société de consommation, du culte du travail et de l'argent-roi, le retour à la terre, la création de communautés, le partage et la gratuité, l'objection de conscience et de croissance, la prise de décision par consensus, la culture par et pour tous, la liberté vestimentaire, les thérapies psycho-corporelles, les écoles différentes, la naissance sans violence, les architectures innovantes (dômes, zomes), etc.
Peace and love, paix et amour, disaient les « enfants-fleurs » à San Francisco : comment pourrait-on mieux résumer l'enseignement du Christ ?
Peut-être furent-ils les premiers à véritablement comprendre son message, lui qui n'a jamais prôné le sacrifice, le renoncement, la culpabilité et l’obéissance, mais qui, par son exemple, invitait au contraire à vivre selon la liberté, l'audace et la vérité de son cœur !

Le lien inhabituel entre désir et spiritualité, entre bonheur de vivre et éveil de l'esprit, se lit pourtant clairement à travers l'histoire des cultures et des sociétés.
Est-ce un hasard si les souverains éclairés, tels par exemple François 1er ou Laurent de Médicis à la Renaissance, adeptes de l'art de vivre et des plaisirs des sens, furent également les protecteurs des lettrés et des artistes, et s'entourèrent des esprits les plus avancés de leur temps, inventeurs, visionnaires, sages et penseurs.
Et à l'inverse, les régimes intolérants et autoritaires, obsédés par la vertu, la pureté et le puritanisme, sont justement ceux qui brûlent les livres et emprisonnent les dissidents, car ils ne supportent pas les esprits libres et éveillés.
Ainsi, c'est pendant les périodes d'intense effervescence des désirs et des idées, que les peuples connurent un développement considérable des arts et des sciences, ainsi qu'un renouveau philosophique, moral et spirituel, les deux allant de pair.

Ce n'est donc pas le désir qui crée la souffrance et l’obscurantisme, mais bien sa négation, son interdiction ou son refoulement, le refus de le reconnaître, de l'écouter et de le prendre en compte, au nom d'idéologies punitives et castratrices, qui ne conduisent finalement qu'à la frustration, l'amertume, la résignation et la désespérance.
C'est lorsque l'être humain honore et accomplit son rêve, qu'il trouve la joie de vivre, l'apaisement et la plénitude, et non lorsqu'il le fuit, l'ignore et l'enterre, pour faire ce qu'on lui dit ou ce qu'il croit devoir.
Le désir est ainsi la pulsation de vie, le langage du cœur, le souffle de l'esprit ; il conduit aux plus belles destinées, si l'on sait l'écouter, le pister, le trouver.
Car le vrai désir n'est pas acquis d'emblée : c'est un itinéraire, une quête, une alchimie ; il se mérite et demande sincérité et courage.

Voici quelques exemples de cette quête du véritable désir :
Le toxicomane, le pervers ou l'assassin souffre de sa situation ; et s'il est honnête avec lui-même, il reconnaît que son vrai désir et besoin n'est pas de continuer de se livrer à l'auto-destruction, à la dépravation ou à la violence, mais bien d'en guérir et de mener enfin une vie saine, digne et honorable.
Le véritable désir d'un suicidaire n'est pas véritablement de mettre fin à ses jours, mais plutôt de trouver le moyen de transformer sa vie, pour la rendre acceptable, voire même prometteuse.
Lorsque l'on se fâche pour une broutille avec son meilleur ami ou avec la personne aimée, quel est le vrai désir, demeurer dans cette situation douloureuse ou rétablir le contact ?
Et c'est aussi le désir du cœur qui conduit à mettre fin à des relations insatisfaisantes, des emplois inadéquats ou des appartenances désuètes.
Enfin, quel est le vrai désir d'une personne qui se ruine en vêtements de marque ou en voitures de sport, si ce n'est de retrouver l'estime d'elle-même et de réaliser qui elle est vraiment ?

Retrouver et ressentir son véritable désir implique donc de dépasser le stade des réactions premières, émotionnelles, superficielles et conventionnelles, pour entrer en contact avec la profondeur et la vérité de son être.
Le désir authentique n'est ni égoïste, ni vain, ni futile ; émanant du meilleur de soi, il s'avère au contraire noble, juste et idéaliste ; de nature intuitive, il prend en compte l'ensemble des paramètres d'une situation et indique la meilleure conduite à tenir, pour des raisons que l'on découvrira souvent par la suite.
Autrement dit, le cœur est intelligent ; et c'est pourquoi le chemin du désir ou de l'écoute de soi n'est autre que l'appel de l'Éveil et la manifestation de l'être intérieur.

La méditation naturelle

Si, comme l'affirment les éveillés eux-mêmes, l'Éveil est ce que nous sommes, notre nature intime et notre réalité ultime, alors il n'est nul besoin de recourir à des techniques complexes ou des initiations exotiques ou ésotériques, pour retrouver la mémoire de notre identité véritable.
Nul besoin en effet de discipline sévère, de pratiques rigoureuses ou de connaissances secrètes pour être soi-même, mais simplement le désir sincère de connaître et comprendre ce qui se passe en soi.

Or, dans notre monde, tout semble fait pour qu'à aucun moment, il ne soit possible de se livrer à cette exploration intérieure, l'esprit étant constamment occupé par de multiples activités et les rares moments de repos, meublés par le son de la radio, de la télévision ou de l'ordinateur.
Même les instants consacrés à la méditation sont le plus souvent employés à se conformer à des techniques, protocoles ou systèmes, consistant à se focaliser sur un son, un objet , un symbole, une idée, un endroit du corps, etc.
Or, pour que l'être intérieur ou le moi profond puisse se manifester, encore faut-il lui en laisser la possibilité et, pour cela, se tourner vers l'intérieur et s'ouvrir à ce qui survient spontanément en soi.

Lorsque l'on entreprend de se connaître et que l'on porte son attention sur son monde intérieur, on est d'abord frappé par sa richesse et son foisonnement : sensations, pulsions, émotions, pensées, désirs, sentiments se succèdent continuellement et (apparemment) sans ordre, ni logique, faisant penser à une jungle grouillante de vie.
Si l'on est adepte de la guerre contre soi, on s'efforcera alors de mettre au pas et faire défiler en rangs bien ordonnés, ce peuple intérieur décidément trop indiscipliné et exubérant ; autrement dit, on tentera, en vue de méditer, de chasser ses pensées (parce qu'elles émanent du « mental », cette sorte d'entité dégoûtante et monstrueuse, censée être la cause de tous nos maux !), de nier ses pulsions et de masquer ses émotions ; et l'on n’aboutira qu'à brider, brimer et briser sa nature intérieure, ses envies, ses instincts, son besoin de bonheur, de joie, de liberté, sa créativité, sa sagesse et son esprit.

Mais si l'on accepte son monde intérieur tel qu'il est, en se contentant de le percevoir avec intérêt, bienveillance et neutralité, alors il reprendra forme et sens : les pensées, dès lors qu'elles sont écoutées, honorées et prises en compte, peuvent s’approfondir, quitter le plan superficiel des réactions émotionnelles et réflexes conformistes, pour donner lieu à des prises de conscience émanant de la sagesse intérieure, s'avérant être source de compréhensions, révélations et inspirations appropriées ; les émotions perçues, acceptées et libérées, se transmutent alors en paix, joie et plénitude ; quant aux désirs, si leur substrat émotionnel se transmute, ils s'approfondissent également et deviennent des intuitions justes et pertinentes, provenant des couches profondes de la conscience.

Ainsi ce que l'on pourrait appeler la méditation libre, naturelle ou spontanée, au lieu d'imposer un ordre arbitraire et artificiel à ses pensées, désirs et sentiments, consiste simplement à les accepter, les laisser être et suivre leur cours naturel, que l'on ne peut déterminer par avance, mais qui aboutit toujours à une réorganisation, réharmonisation et clarification de l'esprit.
Méditer ne consiste donc pas à adopter le look, la posture et les manières du méditant, à singer un modèle ou à devenir une statue vivante, mais au contraire à perdre ou déconstruire les déguisements sociaux, repères et croyances obsolètes, pour laisser resplendir la magnificence du moi véritable.
C'est ainsi que, couche après couche, strate après strate, la méditation authentique permet de se libérer de ces vieux vêtements usés et inutiles, qui recouvrent et masquent le soleil intérieur.

Voilà maintenant quelques décennies que la méditation est devenue à la mode ; et s'est peu à peu diffusée, dans les médias notamment, l'image stéréotypée du méditant installé dans une posture impeccable, accompagnée de l'idée naïve et simpliste que cette seule position immobile allait amener magiquement et automatiquement le bien-être et la sérénité.
En réalité, la méditation est une attitude intérieure, consistant à être constamment conscient de ce qui se produit en soi et autour de soi ; et c'est le développement de cette « conscience-témoin », qui va préparer le terrain et rendre possible l'émergence progressive de l'être intérieur et la venue d'états d’Éveil et d'expansion de conscience.
C'est pourquoi la méditation se pratique tout le temps ou jamais : elle ne consiste pas à s'asseoir en tailleur à horaires déterminés en suivant un protocole précis, mais à être à chaque instant attentif à ce qui advient ; elle est une dynamique intérieure qui se met en place, lorsque l'on commence à percevoir sereinement ses propres fonctionnements, comme le spectacle du monde.

La meilleure position de méditation est simplement celle qui permet le mieux de se détendre, se relâcher, s'ouvrir et lâcher prise, ce qui implique qu'elle sera différente pour chacun et selon le moment de la journée.
Ce qui montre bien que la posture de méditation n'a pas l'importance quelque peu fétichiste qu'on lui accorde, c'est que les états d’expansion de conscience, en pratique, surviennent n'importe quand et n'importe où, dans le courant de la vie, au moment même où l'on se détend et où l'on lâche prise, au restaurant, dans un ascenseur, sur le périphérique, en faisant du ski, en se promenant dans la rue...
L’Éveil comme l'amour ne connaît pas de loi ; il ne dépend pas d'une technique ou d'un enseignement, mais au contraire de l'oubli ou du renoncement à toute croyance, certitude ou idée préétablie.

La méditation, au final, n'est autre que la manière normale et naturelle de vivre, connecté à soi, conscient, centré et attentif à toutes choses, adoptant dès lors naturellement un comportement juste, moral, adapté et efficace.
Et c'est faute de cette vision juste, faute d'être reliés à leur sagesse intuitive, que les êtres humains adhèrent à des idéologies guerrières, obéissent à des traditions cruelles et irrationnelles ou se livrent à des activités malsaines, iniques ou prédatrices.
Aussi, la science de la conscience ou l'art de l'esprit que constitue la méditation, est-elle la clé méconnue qui changera le monde, pour peu que l'on s'affranchisse d'une conception archaïque et figée de la pratique méditative, qui l'identifie à cette étrange manie de rester le plus longtemps possible dans une position rigide, statique et hiératique, sorte d'exploit masochiste, absurde et inutile.

C'est par l'expansion de la conscience et la connaissance de soi, que l'être humain pourra changer profondément et durablement, et sortir alors des multiples impasses actuelles.
Chacun, tôt ou tard, sera amené à se tourner vers son propre esprit et à percevoir son propre fonctionnement ; et ce d'autant plus que se diffusera une nouvelle conception de la méditation, plus simple, plus aisée et accessible à tous, perçue non plus comme un cérémonial contraignant et fastidieux, mais comme un changement de regard sur soi et sur le monde, une découverte du bonheur d'être, de sentir et de vivre.
Car la vie est l'essence même de la méditation ; et la méditation n'est rien d'autre que l'expérience consciente de la vie.

L'Éveil de l'humanité

L'Éveil, tout comme la vie, connaît mille couleurs, mille nuances et mille déclinaisons.
Aussi, ne l'emprisonnons pas dans des définitions restrictives, des conceptions figées, des catégories fermées. Sachons le reconnaître derrière les multiples fards, voiles et déguisements qu'il se plaît à emprunter.
L'Éveil est partout, dans le chant du poète, l'extase des amoureux ou les cris de joie des enfants.
Cessons donc d'opposer éveillés et non-éveillés ; cessons d’idolâtrer les premiers et de mépriser les seconds ; renonçons à situer les uns et les autres d'un côté ou de l'autre de la barrière, car celle-ci est parfaitement imaginaire.
Même les éveillés les plus remarquables continuent chaque jour d'évoluer et de se transformer, car la vie est sans fin.
L'Éveil est la matière même de nos vies ; il n'est pas une chimère à attendre ou à espérer, mais une réalité à découvrir, défricher, explorer et ressentir, dès maintenant, dès aujourd’hui.
L'Éveil est l'énergie, la conscience et le signal du nouveau monde.

Aussi nous faut-il, pour le manifester, passer de l'état de disciple à celui de maître, reflétant ce que nous sommes en réalité et de toute éternité ; ce qui ne signifie nullement monter sur une estrade et nous faire adorer, mais assumer et exprimer notre vérité profonde, notre nature essentielle, notre indéfectible Éveil, chacun à sa manière et selon son inspiration.
Beaucoup vivent l'époque actuelle comme un calvaire ou une épreuve, en maugréant, rechignant et trainant les pieds.
Pourtant, en raison même de ses difficultés et incertitudes extrêmes, elle nous offre l'occasion idéale pour nous éveiller et nous accomplir à une vitesse accélérée. Sans doute avec le recul, ce temps apparaîtra-t-il comme une des plus fantastiques écoles d'évolution et d’Éveil, qu'il soit possible de connaître et d'expérimenter.
Alors, profitons-en pleinement ; et soyons aux premières loges pour assister et participer au fascinant spectacle de la mutation planétaire.

L'Éveil est ainsi notre droit, notre fête, notre défi et notre aventure.
L'Éveil est le changement qui vibre, pulse et court dans les printemps du monde entier, les événements joyeux, vivants et drôles, les mouvements spontanés, ludiques et imprévisibles.
L'Éveil est le sang qui coule dans nos veines, le torrent de vie qui irrigue nos cœurs, l'amour irrépressible qui émeut, bouleverse, transperce et illumine.
L'Éveil est la vocation, l'aspiration, la chance et le devenir de tout être vivant.
L'Éveil est la clé, le programme, le déclencheur et le mode d'emploi du monde à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 28 Déc 2012 - 18:12


Film : Samsara

Réalisation : Ron Fricke




Synopsis

20 ans après le monumental Baraka, un des plus beaux films du monde, Ron Fricke propose un nouvel état du monde. Peut-être moins spirituel et pourtant tout aussi transcendantal, Samsara est la manifestation par l’image du requiem de l’humanité toute entière. Brutal, frontal, plus lucide et efficace que n’importe quel film verbal, le second long métrage du génie Ron Fricke est le plus beau film produit depuis 20 ans mais peut-être le plus bouleversant jamais créé. Et tout cela par la pureté de l’image, sa puissance naturelle et une nouvelle démonstration de découpage.

Si Baraka était un poème, Samsara est un requiem symphonique. Un cri de désespoir comme un ultime témoignage d’une humanité au bord de l’extinction. La perspective de la fin du monde alimente les plus belles œuvres de cinéma de ce début de décennie, elle constitue le cœur inavouable de Samsara, la plus belle de toutes. Le film adopte la même approche narrative et non-verbale que son prédécesseur, introduisant la vitesse et partant de la nature pour aller vers l’humain, pour dresser un constat littéralement différent. La réponse à un projet dont l’objectif diffère également, Ron Fricke explorant à travers cette illustration de la roue de la vie si chère à la croyance bouddhiste le cycle de la réincarnation de l’être humain passant inévitablement par son extinction. Les créateurs du projet, Ron Fricke et Mark Magidson, qualifient l’expérience Samsara de méditation contrôlée, et c’est clairement la sensation d’une élévation de l’esprit durant 1h40 qui place le spectateur au niveau du regard d’une entité supérieure observant l’état de la planète et des hommes. Des images de Baraka reviennent sous un nouvel angle, le signal d’alarme inconscient lancé il y a 20 ans n’a pas été écouté et l’être humain avance lentement vers son absorption programmé. C’est terrifiant.. (source)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Mer 2 Jan 2013 - 16:34


Une autre perspective 

Lors de notre précédente interview — Ado FM du 17 décembre 2012, un des deux seules radios à nous avoir invités — j'ai abordé une délicate question, s'il en est, à savoir celle des extra-terrestres. Pour éviter tout malentendu à ce sujet, je vais préciser mon point de vue, en insistant sur le fait qu'il ne s'agit que d'une pure spéculation de ma part.

La Révélation des Pyramides
Pooyard & Grimault

Première partie et deuxième partie
 


Tout d'abord, je pense rationnellement que la vie doit exister ailleurs dans cet univers, aussi vaste et vieux que nous le connaissons : il me semble que penser le contraire sans contre-argument ne serait pas correct.
 
Pourquoi ? La raison en est simple.
 
Il existe des centaines de millions de systèmes solaires dans notre galaxie, et une à deux centaines de millions de galaxies dans l'Univers. Les astronomes estiment, mais les chiffres varient — et pour cause, ce sont des estimations — qu'il y aurait plusieurs centaines de millions de planètes viables, c'est-à-dire réunissant des conditions analogues à celles permettant la vie sur Terre.
 
Sans même avoir visité et fouillé l'Univers de toutes parts, affirmer que la vie n'aurait jailli que sur notre belle planète bleue — ou en ricaner et traiter la question avec mépris — ne reste qu'une affirmation sans fondements, un peu comme si vous disiez qu'il n'existe pas d'araignées dans la forêt Amazonienne sans même vous y être rendu.
 
C'est donc avec prudence que je reste ouvert à cette possibilité, attentif à la théorie de la panspermie — les molécules essentielles à la vie aurait été apportées sur Terre par des météorites — car il me semble, en observant la Nature, que la vie paraît se manifester lorsque les conditions favorables sont réunies. Et parfois de manière étonnante, dans des conditions extrêmes, comme au fond des océans aux abords de “soufrières”, ou encore, comme cela a été récemment découvert, dans les grandes profondeurs d'un lac, utilisant comme élément de base ce qui habituellement est un poison à la surface de notre planète : l'arsenic.
 
N'ayant donc pas de preuve univoque confirmant l'existence d'une forme de vie ailleurs dans l'Univers, je m'abstiens de croire en quoi que ce soit. Je suppose néanmoins qu'elle est très probable.
 
Ceci dit, une des choses qui m'interroge le plus dans les questions soulevées par “La Révélation des Pyramides”, est la transmission des connaissances des bâtisseurs ; notamment et a minima l'art de jouer avec les proportions en véhiculant des constantes mathématiques telles que Pi, Phi et… le mètre !
 
Depuis la grande pyramide de Gizeh jusqu'aux constructions templières, bien que pas encore démontrée, la transmission est visible, mais il est peu probable qu'elle puisse être redécouverte sans avoir au moins un rudiment de science.
 
Dès lors, m'exprimant avec mes mots, il me semble que rudiment de science implique développement de civilisation, or la nôtre aurait — en comptant large à partir du moment où l'être humain se sédentarise — démarré aux alentours de -8 000 avant notre ère, c'est à dire il y a dix mille ans.
 
Partant de l'hypothèse d'une civilisation “disparue” lors d'un bouleversement planétaire de nature cataclysmique suffisamment important pour la réduire à néant, situé aux environs de -10 000, on observe alors un “vide” incompréhensible d'à peu près 2 000 ans, durant lequel il ne se serait pas passé grand chose, car notre Histoire fait état de peuples nomades qui se sédentariseront plus tard.
 
Si comme l'affirment différents chercheurs, la science des bätisseurs s'aperçoit dans des constructions très postérieures, dont nous sommes assurés historiquement de leur datation, comment pourrait-on dès lors expliquer qu'un ensemble de connaissances ait pu être transmis sans avoir été mis en pratique durant deux mille ans ?
 
C'est la raison pour laquelle certains évoquent des étrangers venus de l'espace, qui auraient construit ces structures énigmatiques autour de la planète, puis seraient repartis : ceci est la théorie des “anciens astronautes” défendue par Von Daniken et ses suiveurs, et qui a récemment donné lieu à la série de documentaires “Ancient Aliens”.
 
Cependant, pour affirmer cela, il faut des preuves, qui n'ont pas été apportées, à ma connaissance.
 
Pour tenter de répondre à la difficile question de ce “vide”, projetons-nous ensemble dans un futur hypothétique, mais probable.
 
Le milieu du 19e siècle connaît le début de l'ère industrielle avec l'avènement des machines à vapeur, et cent cinquante ans ans plus tard, nous manipulons les nano technologies. Nos progrès – très considérables - se sont accrus de manière exponentielle. Donc, à moins de sombrer à nouveau dans une période obscure ou de réduire la vie à néant à coup de bombes atomiques ou autres procédés destructeurs, l'Humanité pourrait prendre conscience que faire la guerre pour apporter la paix (?!) n'est pas la meilleure option en terme d'évolution, et décider d'unir – enfin - les efforts de toutes les nations, pour résoudre le problème de la navigation interplanétaire, et ainsi placer à notre portée les planètes viables repérées par les astronomes.
 
Imaginons encore, nos progrès se poursuivant à ce rythme, que nous nous apercevions du danger d'une menace cataclysmique, capable d’éradiquer brutalement l'activité humaine. Nos connaissances plus étendues de l'astronomie nous donnent alors à percevoir ce que nous n'avions jamais envisagé de manière sérieuse auparavant : de vastes cycles temporels, provoquant à des périodes relativement prévisibles des bouleversements capables de mettre en péril l'Humanité entière.
 
Nos dirigeants, unifiés dans le désir de sauvegarder notre espèce, décident alors - admettons que cela soit possible - d'organiser d'une part l'évacuation de la majorité des gens, non pas selon un triage économique, corporatiste ou eugéniste, tel que cela nous est montré dans le film 2012, mais en masse, et, d'autre part, de laisser un message à destination des survivants.
 
Une question fondamentale se pose alors : comment avertir les populations futures - car il restera nécessairement des survivants - que cette menace inéluctable et cyclique se reproduira dans un temps prévisible et prévu ? En quelle langue laisser ce message ? En anglais ? En chinois ? En espagnol ? En arabe ? Comment peut-on être certains que ces idiomes seront toujours en cours ?
 
Quand nous avons décidé d'envoyer dans l'espace une sonde porteuse d'un message à destination d'éventuelles civilisations “intelligentes”, et bien que des milliers de langues et dialectes soient répandus sur la planète, les chiffres et les nombres furent choisis, car ils sont la base et le socle commun à tout ce qui réfléchit scientifiquement. C’est donc ainsi que le message connu sous le nom de “Plaque Pioneer” fut conçu.
 
Dès lors, les mathématiques, et leur partie sensible - la géométrie - sont retenues comme langage pour rédiger un message, un avertissement à destination des futures populations de la Terre.
 
Nouvelle question : où placer ce message ? L'enterrer dans le sol au risque qu'il ne soit jamais retrouvé ? Trop risqué. Le graver à la surface d'une paroi de granite, au risque de la voir un jour ensevelie sous terre, sous l’eau, recouverte par la végétation, ou encore qu'un glissement de terrain, un tremblement de terre ou une éruption volcanique puisse la détruire ? Non, trop aléatoire. Qu'est-ce qui pourrait attirer l'attention d'une civilisation future en étant visible de tous, et capable de résister à toutes sortes de menaces telles que des séismes et raz de marées ? Quelque chose capable, par un procédé simple mais durable, de faire état de données, transformables en chiffres et par là même de permettre à ceux qui le découvriraient des millénaires plus tard, de comprendre de quoi il s'agit ?
 
Le problème est de taille, mais les cerveaux de toutes nations, unis par la volonté de ne pas abandonner leurs futurs descendants à un sort irrémédiable, triomphent de ce défi en apportant une réponse unique : réaliser un réseau planétaire s’adressant à l'intuition et à la raison…
Conception et réalisation quasi parfaites, désignant un monument unique, central, permanent, quasi indestructible, intégrant des paramètres et des constantes universels, le tout étant un extraordinaire résumé des connaissances, chef d'œuvre de notre Humanité quittant la Terre pour voguer vers de nouveaux horizons plus paisibles.
 
L'événement prévu se produit, et balaie toutes nos constructions, excepté ces structures, prévues pour résister au cataclysme et au temps, livrant le tout à la Nature qui reprend alors son droit. Imaginons le nucléaire, souvenir d'un temps révolu, abandonné depuis longtemps… car dans le cas contraire, inutile d'envisager un environnement viable avant au moins une vingtaine de milliers d'années.
 
Quelques courageux Terriens restent sur place, afin de participer à la résurrection de la civilisation, y voyant là une formidable occasion de tenter une rare expérience ; d'autres, ayant raté leur vol interplanétaire, se joignent à eux, et tout ce petit monde se voit brutalement retourner à l'âge de pierre.
 
Plus d'électricité, plus de moyens de communication, plus d'industries, plus de transports… des humains seulement préoccupés par leur survie, qui peu à peu tentent de contenir ce chaos social où règne à nouveau la loi du plus fort, et s'organisent au fil du temps, afin de croître et se multiplier pour régénérer l'espèce.
 
Les générations se succèdent.
 
Le souvenir du cataclysme reste fortement présent dans les esprits des Anciens, qui les transmettent aux générations suivantes, illustrant leurs propos en exhibant quelques objets technologiques précieusement conservés comme des reliques de l'Ancien Temps - celui où les Hommes traversaient le ciel à bord de machines volantes, pouvaient se parler instantanément d'un bout à l'autre de la planète, envoyer des fusées dans l'espace, et autres prouesses extraordinaires qui font pétiller les yeux de leurs auditeurs. Mais il en est aussi de plus sombres et effrayants, tels que le pouvoir de raser des villes entières en un éclair, de traiter son semblable comme de la chair à canon ou de la main d'œuvre gratuite, ou l'extermination de peuples entiers…
 
Voyant les métaux dont ces rares objets sont faits se corrompre avec le temps, certains les reproduisent dans la pierre, les dissimulent, ou les peignent dans les grottes, refuges jadis salvateurs de leurs aînés au moment où la Terre fut la proie du cataclysme.
 
Les siècles passent, les récits deviennent légendes et mythes, enjolivés ou abâtardis par des gens qui se les approprient et les déforment, et peu à peu le souvenir se fait plus flou… jusqu'au jour où d'étranges machines font leur apparition dans le ciel, et atterrissent sur la Terre.
 
Des émissaires célestes en descendent et s'établissent à divers endroits du globe : ils apportent, grâce à leur “science divine” et leur “magie”, le nécessaire vital : céréales, animaux domestiques, techniques… Ils répandent la “bonne parole”, enseignent des préceptes philosophiques et moraux, les arts, l'écriture, les sciences… Ils accélèrent le processus d'évolution : en réalité, ces Humains de “l'ancienne Humanité” mettent en place la deuxième phase de leur plan de sauvetage.
 
À des individus triés sur le volet et choisis en fonction de leur sagesse, leurs aptitudes intellectuelles ou leur sensibilité, ils enseignent une partie de leur science. Ils communiquent leur plan à travers des récits, créent de nouveaux mythes, accompagnent le mouvement, puis repartent… en promettant de revenir un jour.
 
Science fiction que tout ceci, penserez-vous, et vous aurez raison, car il ne s'agit que d'une spéculation de ma part, narrant un hypothétique futur. Hypothétique, certes, mais cela le rend-il pour autant, d'un point de vue strictement scientifique, si improbable que cela ?
 
Revenons maintenant dans le présent, et osons faire face à ce mystère, qui plane sur notre passé lointain et sur l'origine de notre civilisation, car de nombreux faits ne cadrent pas. C'est ce que nous allons continuer à vous montrer.
 
L'on m'a demandé, lors de l'interview qui m'a poussé à rédiger cet article, ce que ce film avait changé dans ma vie.
 
Beaucoup de choses, vous vous en doutez.
 
Sur bien des plans, cela a été une expérience formidable, riche de rencontres, de découvertes, de réflexions, mais aussi d'une immense déception, et de douleurs. À ce titre, pour vous faire patienter jusqu'à fin 2013, date prévue de livraison de notre prochain opus, j'ai pour idée de vous raconter la genèse de La Révélation des Pyramides, car cette histoire rocambolesque vaut le détour à plus d'un titre.
 
Cependant, il est une chose qui a été modifiée à jamais, la plus importante d'entres toutes : mon regard. Et peut-être le vôtre maintenant, après avoir vu ce film.
 
Il n'est pas question de croire sur parole ce que qui vous a été dit, mais de vous questionner, de questionner les faits, et de les comparer avec ce que l'on vous a enseigné, dès votre plus jeune âge, au sujet de l'Égypte Ancienne et d'autres mystères de notre passé.
 
Vous disposez maintenant de suffisamment de matière pour vérifier à votre tour.
 
Nous avons répondu à beaucoup de questions sur notre page Facebook, et les interviews vous apporteront du complément. À défaut d'autres média, le débat autour de ce film a lieu sur l'Internet et dans l'émission de Bob, que je remercie au passage. Planète+ vous a prévenu que son contenu était douteux, puis a aussitôt fait suivre “La Révélation des Pyramides” d'un autre documentaire — affirmant une hypothèse absurde et non démontrée — en annonçant ironiquement que la grande pyramide n'avait pas été construite par des extra-terrestres. Si cela n'est pas du parti-pris…
 
Je vous laisse seul juge : c'est le prix à payer pour ne pas croire, mais être convaincu par la logique du raisonnement, et l'enchainement des faits.
 
Nous allons nous remettre au travail dès janvier, et de ce fait être beaucoup moins disponibles que jusqu'à présent, car ces trois dernières semaines l'ont été à plein temps. Mais avant de vous quitter, je vais reprendre ce futur hypothétique, là où je l'ai laissé, et poursuivre mes spéculations imaginaires.
 
Une dizaine de milliers d'années se sont écoulées sur la Terre. Cette nouvelle civilisation Humaine est maintenant planétaire.
Elle s'est développée grâce à l'énergie solaire, car les ressources en énergie fossile sont très restreintes.
 
Elle observe l'Univers à l'aide de télescopes et se demande si elle est seule tout en n'y croyant pas. Elle rêve de poser le pied sur la lune.
Elle vient juste de maîtriser l'atome.
 
C'est alors que peu à peu dans le ciel, d'étranges choses se passent.
 
On rapporte des observations multiples d'objets volants, d'atterrissages… des articles de journaux montrent des photos, des témoins racontent, mais les gouvernements, trop occupés à guerroyer entre eux, étouffent l'affaire et maintiennent le secret absolu, par peur d'avouer leur infériorité technologique, et l'impossibilité de contrôler ces objets volants qui survolent même les bases militaires secrètes.
 
Notre monde étant hiérarchisé par la force, le plus puissant technologiquement le contrôle. Nous ne sommes pas de taille.
 
Alors le phénomène est nié, tourné en ridicule. On parle de petits hommes verts, de Martiens, de Vénusiens et de toutes sortes de créatures gélatineuses, à bord d'assiettes volantes, et dont le seul souhait est notre extermination.
 
Mais en réalité, là-haut, dans ces assiettes volantes, se trouvent des ingénieurs, des scientifiques et des chercheurs.
Pas des petits hommes verts, ni encore moins des petits gris…
 
Non, il s'agit seulement de nos descendants, qui reviennent, comme nous l'avions planifié des millénaires plus tôt, pour enclencher la troisième phase du plan.
 
Je vous laisse méditer cette fiction, qui en tant que telle, n'est bien évidemment qu'une pure spéculation.


Patrice Pooyard


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Esprit

avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 54
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Jeu 3 Jan 2013 - 20:54


Conso alternative :
« Les classes moyennes ont changé de valeurs »




___________________________

Rencontre avec l’auteure d’un livre porteur d’espoir : partout dans le monde, des citoyens s’organisent pour subvenir à leurs besoins et inventer une autre société.

A l’heure où la phrase de Margaret Thatcher « There is no alternative » (au libéralisme, à la rigueur budgétaire) n’a jamais été autant dans la bouche des dirigeants, il est bon de rappeler la réponse de Susan George : « There are thousands of alternatives ».

La journaliste Bénédicte Manier est partie de la deuxième assertion et, pendant deux ans, est allée voir ce qui fait bouger la société civile, les graines de changement semées partout et qui inventent un « autre monde possible ». Elle en a ramené un livre passionnant, « Un million de révolutions tranquilles » (Editions Les liens qui libèrent), qui fourmille d’utopies réalisées.

Des assemblées villageoises qui gèrent l’eau en Inde aux banques citoyennes en Espagne, elle décrit le fonctionnement de quelques-unes des solutions susceptibles de contourner la grande machine capitaliste.

Rue89 : Qu’est-ce qu’une « révolution tranquille » exactement ?

Bénédicte Manier : Ce sont des changements locaux, qui se mettent en place silencieusement pour résoudre les problèmes auxquels la population est confrontée – chômage, pauvreté, malnutrition, dégâts sur l’environnement... –, défis que les pouvoirs publics semblent impuissants à résoudre. Alors les citoyens décident d’agir eux-mêmes. Et aujourd’hui, on assiste à un foisonnement d’initiatives sur tous les continents, de solutions locales facilement transférables d’un pays à l’autre.

En agriculture, on voit émerger de nouvelles zones d’autosuffisance alimentaire, avec des réformes agraires menées par les habitants eux-mêmes ou la régénération d’écosystèmes grâce à l’agroforesterie et au bio. En Afrique, en Asie, en Amérique latine, des coopératives créent de l’emploi et sortent de la pauvreté des milliers d’oubliés de la croissance.

Une autre façon d’habiter les villes a aussi émergé, avec partout l’essor de coopératives de logement et de l’agriculture urbaine (New York, par exemple, compte 800 jardins partagés). Contre la spéculation, des filières d’épargne citoyennes se sont développées.

Pour les exclus du système de santé, des citoyens américains ont ouvert 1 200 cliniques gratuites. Contre la « malbouffe », les consommateurs japonais ont adhéré par millions aux « Teikei » (les Amap locales) et aux coopératives d’achat direct aux fermiers. Ils ont aussi créé leurs propres services (crèches, emplois familiaux...). Dans des domaines très variés, la société civile reprend ainsi en main les enjeux qui la concernent et devient un vrai moteur du changement social.

De quand datent ces initiatives ?

Certaines d’il y a vingt ans, mais depuis une dizaine d’années, les changements sont devenus très visibles dans le domaine de la consommation. Les classes moyennes des pays industrialisés ont largement adopté la « consommation collaborative », qui consiste à acheter moins, mais mieux, et entre soi : on achète d’occasion, on partage, on loue, on troque, on répare au sein d’ateliers participatifs, on échange des services sans argent...

En bref, on développe les « 4 R » (réduire, réutiliser, réparer, recycler). On se tourne aussi vers le local et le bio, pour savoir ce qu’on mange et soutenir l’économie de proximité. Et en imposant ces nouveaux comportements, la société civile a en partie réorganisé la distribution et amorcé une transition vers des modes de vie plus économes et plus écologiques.

C’est ce qu’on appelle le « penser global, agir local », que Coline Serreau avait décrit dans son dernier film ?

Exactement. C’est une évolution profonde : les gens se rendent compte que le modèle de développement actuel a trouvé ses limites et souhaitent d’autres logiques que le tout-marchand. En soutenant une coopérative locale ou une Amap, en échangeant dans un système d’échange local (SEL) ou en plaçant son épargne dans l’économie solidaire, le citoyen contribue à une activité économique qui répond mieux à ses valeurs.

Est-ce aussi ce qu’on appelle l’économie de la débrouille ?

Oui, mais pas seulement. L’« économie de la débrouille » donne l’impression que c’est uniquement déclenché par la crise. En réalité, cela fait plusieurs années que les classes moyennes ont silencieusement changé de valeurs. Par exemple, quand une petite partie d’entre elles se détache des banques commerciales pour aller vers des circuits financiers solidaires, c’est parce qu’elles cherchent du sens et veulent voir leur argent servir à autre chose que la spéculation. Ce changement d’aspiration date d’avant la crise et celle-ci n’a fait que l’accentuer.

Quels sont les profils concernés ?

On a affaire à des générations très connectées, très informées, conscientes des grands enjeux et qui ne se retrouvent plus dans l’hyperconsommation, mais davantage dans des comportements conviviaux et coopératifs.

Les consommateurs sont ainsi devenus des acteurs des filières ; en partageant leurs outils de bricolage, leurs maisons (Couchsurfing) ou en organisant leurs propres circuits de livraison de colis par covoiturage, ils mettent en place une économie collaborative, ce qu’explique Anne-Sophie Novel dans son livre « Vive la co-révolution ».

Les logiciels libres notamment sont issus de cette coopération transversale. C’est une forme de déclaration d’indépendance vis-à-vis de l’économie classique, qui se fait sans vraiment d’idéologie, mais plutôt avec pragmatisme. C’est finalement une génération post-mondialisation, qui en a adopté les outils (Internet, smartphone), mais qui les met au service d’actions citoyennes participatives et décentralisées.

Décroissants, créatifs culturels, sous quelle bannière les regrouper ?

Certains sont dans l’une ou l’autre tendance, mais beaucoup n’entrent dans aucune. Les créatifs culturels sont ceux qui dans les années 1990 ont créé une autre manière d’être au monde, en étant davantage dans l’être que dans l’avoir. Mais aujourd’hui, le changement s’est élargi à d’autres groupes sociaux. Je ne me hasarderais pas à quantifier, mais visiblement le changement concerne une bonne partie des classes moyennes.

Deux livres parus en 2010 aux Etats-Unis ( « Consumed : Rethinking Business in the Era of Mindful Spending » et « Spend Shift : How the Post-Crisis Values Revolution Is Changing the Way We Buy, Sell, and Live ») ont montré que 72% des habitants des pays industrialisés ont adopté des modes d’achat plus écologiques et plus sociaux, et que 55% des ménages américains ont mis en place une consommation « démondialisée », en adhérant à des valeurs d’autosuffisance, de « do it yourself » ou d’achat sur les marchés fermiers locaux.

Quelle peut être la traduction politique de tout cela ?

Ces changements silencieux se font en dehors des groupes constitués, c’est typique des sociétés en réseaux où l’on se regroupe entre voisins ou en groupes informels aidés par les réseaux sociaux. Il n’y a pas de relais politique : les citoyens ont plus ou moins intégré l’idée qu’on ne change pas le monde avec un parti politique, ce qui exprime une sorte de fatigue de la démocratie, comme l’explique Pierre Rosanvallon.

Et ils ne descendent plus dans la rue. La contestation des Indignés et du mouvement Occupy Wall Street a d’ailleurs trouvé ses limites et ces groupes se réinvestissent maintenant dans les initiatives concrètes. Les Indignés espagnols créent par exemple des coopératives de logement et des systèmes d’échange gratuit de services. On n’est plus dans la protestation, mais dans le passage à l’acte.

Est-ce que le nouveau réseau social Newmanity est susceptible de leur donner plus d’occasions de se rencontrer et plus d’écho ?

Il est intéressant de voir se développer des réseaux sociaux davantage liés à ce changement d’aspirations. Cette nouvelle génération de réseaux va au-delà de la simple mise en relation, pour proposer du sens : elle propose de partager les mêmes valeurs éthiques. Et si Newmanity diffuse ces initiatives de changement, il va sans doute accélérer leur progression, notamment par une logique de « translocal », une reproduction d’un territoire à un autre.

Parmi les acteurs importants, il y a le Québec. Qu’a-t-on à apprendre de lui ?

Les coopératives d’habitants se sont beaucoup développées là-bas, car la société civile a créé des structures de professionnels qui aident les gens à transformer des bâtiments désaffectés en habitats coopératifs, ou à concevoir des immeubles écologiques et conviviaux où on habite ensemble en mutualisant les charges. Les logements sont à l’abri de la spéculation et sont loués nettement en dessous du marché. Au Québec, on en compte 1 200, qui logent 50 000 personnes.

Elles se sont aussi développées en Allemagne, en Angleterre, en Suède, aux Etats-Unis... mais peu en France, pays très réglementé et plus colbertiste. Les « Babayagas » ont ainsi eu beaucoup de mal à créer une forme d’habitat coopératif : parce qu’il n’entre dans aucune case administrative, elles ont dû passer par un office HLM. De même, il est difficile ici de créer des coopératives d’énergies renouvelables, notamment parce qu’il faut revendre son électricité à EDF, qui a baissé ses tarifs de rachat. L’individualisme joue aussi sans doute un rôle.

Les initiateurs de l’expérience des éoliennes citoyennes en Pays de Vilaine ont ainsi ramé pendant dix ans ! Mais ailleurs, ça se développe : au Danemark, 86% des parcs éoliens appartiennent à des coopératives de citoyens. Et en Allemagne, une quarantaine de villages sont déjà autonomes en électricité et se la revendent entre eux, préfigurant ce que Jeremy Rifkin appelle la Troisième révolution industrielle.

Quels sont les projets les plus avancés en France ?

Chez nous, ce qui marche bien, ce sont les circuits courts, les monnaies locales, la consommation collaborative ou, dans une certaine mesure, l’épargne solidaire, avec par exemple Terre de liens pour sauver les fermes de terroir. Mais une coopérative financière comme la NEF reste bien moins importante que les grandes coopératives d’épargne américaines (les « credit unions »), ou que la Coop57– coopérative catalane grâce à laquelle les particuliers financent directement l’économie solidaire locale –, ou encore que les banques sociales et écologiques comme la Triodos Bank des Pays-bas ou la Merkur Bank du Danemark.

« Un million de révolutions tranquilles » peuvent-elles faire une grande révolution ?

Je décris une évolution des mentalités lente mais réelle, qui va certainement se développer car elle est portée par les classes moyennes, ces « trendsetters » qui fixent les normes de demain. Est-ce qu’un jour tout cela atteindra une masse critique ? Je n’en sais rien, mais on est certainement dans une transition. Les citoyens vont plus vite que les politiques, et ils inventent de nouveaux comportements parce qu’ils ont envie de vivre mieux. Ce mouvement « bottom up » est certainement amené à se développer.

Comme dirait Pierre Rabhi, changer le monde nécessite de changer soi-même, non ?

Les gens ont déjà cette intuition que les théoriciens de la décroissance comme Rabhi, Latouche, Viveret, les penseurs de la transition, Rob Hopkins, formulent. Ce sont des initiatives encore minoritaires, mais qui se multiplient maintenant d’un bout à l’autre de la planète, montrant que quelque chose est en train de bouger à la base de la société. Quand des habitants commencent à transformer l’habitat, l’agriculture ou d’autres les aspects de la vie quotidienne, on est peut-être en train de passer à une autre époque. (source)



Bénédicte Manier

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loidelattraction.forumactif.org
Justine34

avatar

Nombre de messages : 1487
Age : 83
Localisation : au soleil du Sud Est
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité Ven 4 Jan 2013 - 13:39

Merci Esprit, j'ai adoré samsara que j'ai dans mes films et aussi la Révolution des Pyramides.
Je connais certains des beaux textes que tu mets ici, mais cela fait tellement de bien de les relire et de découvrir les autres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu de spiritualité

Revenir en haut Aller en bas
 

Un peu de spiritualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Maternité et spiritualité
» Mylène F. et la spiritualité
» TESTER sa Spiritualité
» spiritualité et esotérisme
» Santé Humaine et Spiritualité : pourquoi le handicap ?
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le pouvoir des pierres :: A propos de tout.. et de rien !! :: A propos de tout... ou de rien !!-